Une tribune propose de chasser les jeunes adultes sans enfant des parcs Disney

Belga / C. Petit-Tesson

Johnny Oleksinski est un journaliste spécialisé dans le cinéma du New York Post. Il y a quelques jours, il a décidé de consacrer sa tribune à l’univers de Disney World. Dans son viseur, il reproche aux jeunes adultes sans enfant d’entretenir une relation malsaine avec ce monde, notamment en allant dans les parcs d’attraction. 

Vous êtes des jeunes adultes sans enfant qui aimez encore vous rendre dans les parcs d’attraction Disney? Et bien d’après Johnny Oleksinski, journaliste au New York Post, vous n’êtes pas les bienvenus dans ces endroits. Pire encore, vous entretiendriez une mauvaise relation avec ces films qui ont bercé votre enfance.

A l’origine, sa tribune se base sur la publication d’une maman hors d’elle, qui s’énerve sur ce public lui gachant son séjour avec ses enfants. S’il ne retient pas la forme de son discours particulièrement virulent, il rejoint certains points sur le fond de cette mère presque hystérique.

« La génération Y est coincée dans une relation malsaine avec Disney. Ce monde a eu une immense importance dans leur enfance, jusqu’à impacter leur quotidien aujourd’hui. Tu veux voir un film? Allons voir les remakes du « Roi Lion » ou « Aladin ». Tu veux partir en vacances? Allons à Toy Story Land ou Disney World. Tant qu’on y est, pourquoi ne pas retourner au confort et à la sécurité de l’utérus », ironise Oleksinski.

Le Louvre plutôt que Disney World

D’après lui, il s’agit d’un comportement d’auto-infantilisation qui plonge cette génération dans une immaturité permanente ne lui rendant pas service. D’ailleurs, cette passion se fait au détriment d’une culture cinématographique bien plus instructive. « Une étude affirme que la génération Y était intéressée à 75% par le fait d’aller dans un parc d’attraction l’année dernière », précise-t-il.

Il épingle enfin un dernier problème lié à cette nostalgie pour les dessins animés, à savoir le budget que cela représente, tandis que cet argent pourrait être consacré à des voyages merveilleux. « Pourquoi toujours faire la même chose sécurisante et ennuyante, quand on pourrait, pour le même prix, aller de New York à Paris, réserver un AirBnb et boire du rosé sur les bords de la Seine. Mais qu’est-ce que j’espère? Vous n’iriez pas au Louvre et préfèreriez aller directement à Disneyland Paris », conclut le journaliste.