Metro était à Londres pour la première édition de la QuakeCon Europe

Ph. Thomas Wallemacq

Depuis de nombreuses années déjà, des éditeurs de jeux vidéo organisent leur propre convention pour réunir leurs fans du monde entier. Organisée depuis 24 ans aux États-Unis, ce 27 juillet, la QuakeCon s’est aussi déroulée en Europe. Metro y était.

Pour vivre cette première QuakeCon en Europe, direction Londres et Printworks, des immenses entrepôts où étaient auparavant imprimés les journaux Metro et Evening Standard et aujourd’hui transformés en salles de spectacle. L’événement était gratuit mais les fans devaient obligatoirement s’être inscrits en ligne pour y participer. En moins d’une semaine, les inscriptions étaient closes et Bethesda prévoyait d’accueillir 1.000 visiteurs de 37 nationalités différentes.

Ph. Thomas Wallemacq

Une vitrine pour Bethesda

Initialement, la QuakeCon était une convention centrée autour de Quake mais au fil des années et du déclin de cette licence, l’événement a évolué. Organisée par Bethesda, la QuakeCon Europe était surtout l’occasion pour l’éditeur américain de mettre en avant ses derniers titres. Fallout 76, Rage 2, The Elders Scrolls Online, Quake Champions, les jeux VR édités par Bethesda ou encore le tout nouveau Wolfenstein Youngblood, chaque jeu était jouable dans des petits stands brillamment décorés et dans une atmosphère bon enfant.

Ph. Thomas Wallemacq

Quelques cosplayeurs avaient revêtu leurs plus beaux costumes et s’étaient également donné rendez-vous dans les allées de la convention. Un street artist dessinait une gigantesque fresque avec les héros des jeux Bethesda. Un espace était consacré à l’exposition d’artworks et d’illustrations tirés des grandes franchises de Bethesda. Enfin, les visiteurs pouvaient également découvrir les jeux de plateau tirés des univers de Fallout ou d’Elder Scrolls et prendre la pose à côté de gigantesques statues à l’effigie de leurs héros préférés.

L’année de Doom

Cette année, c’est le jeu Doom qui était mis à l’honneur. Cette QuakeCon aurait d’ailleurs pu être rebaptisée DoomCon tant Doom était omniprésent à Londres. D’un côté, le célèbre FPS fêtait ses 25 ans. De l’autre, la fin de l’année sera marquée par la sortie de Doom Eternal, le tout nouvel épisode de la saga. Ainsi, les visiteurs pouvaient s’installer derrière des PC ou des consoles rétro pour revivre l’histoire de Doom en jouant à tous les jeux sortis depuis 25 ans.

Ph. Thomas Wallemacq

Pour les moins nostalgiques et les plus impatients, la QuakeCon de Londres était l’occasion de jouer à Doom Eternal pour la première fois sur le sol européen. Dans un décor martien, entourés de roches rougeâtres et derrière un PC dernier cri équipé du must en matière de carte graphique, nous avons mis la main sur le titre qui ne sortira que le 22 novembre prochain.

Ph. Thomas Wallemacq

Graphiquement, Doom Eternal envoie du lourd, du très lourd même, et il s’annonce d’ores et déjà comme un prétendant sérieux au titre du plus beau FPS de l’année. Après un bref tutoriel présentant les bases du jeu (saut, double saut, dash, double dash,…), nous avons directement été plongés dans le feu de l’action. Fidèle à la franchise, Doom Eternal sera un FPS vif et nerveux qui ne fait jamais dans la dentelle. Sur fond de musique métal, vous devrez affronter des hordes de monstres et de démons. Ne vous attendez donc pas à un scénario très développé mais plutôt à de l’action, de l’action et encore de l’action. Notons tout de même l’arrivée de nouveaux mécanismes et d’un peu de tactique puisqu’il faudra éliminer vos ennemis en fonction de vos besoins. Si vous avez besoin de munitions, finissez-le à la tronçonneuse. Si vous manquez de points de santé, exécutez-le sauvagement et si vous avez besoin d’armure, brûlez-le au lance-flammes. Après une petite heure de gameplay, nous avons pu constater que Doom Eternal s’annonçait bouillant et que comme les autres Doom, il sera brutal et déconseillé aux moins de 18 ans.

Ph. Thomas Wallemacq

Des nouveautés à venir

La veille de l’ouverture de la QuakeCon Europe au public, nous avons assisté en direct à la keynote qui se tenait simultanément de l’autre côté de l’Atlantique, à Dallas. Cette conférence a été l’occasion pour Bethesda de dévoiler quelques nouveautés aux fans. Après les mises à jour gratuites annoncées pour Rage 2 et Fallout 76, le reste des annonces concernaient Doom. Avec, tout d’abord, la présentation du Battlemode de Doom Eternal. Ce mode multijoueur proposera un gameplay asymétrique puisque deux joueurs incarneront des démons qui devront tenter d’anéantir un troisième joueur qui incarne un Doom Slayer. Enfin, pour célébrer les 25 ans de la franchise Doom, Bethesda a annoncé que le premier Doom sorti en 1993, Doom 2 et Doom 3 étaient immédiatement disponibles sur PS4, Xbox One et Switch. Doom et Doom 2 débarquent quant à eux sur iOS et Android pour un peu plus de 5 €.

Ph. Thomas Wallemacq

Encore loin du gigantisme de l’édition américaine, cette première édition européenne de la QuakeCon a tenu toutes ses promesses. Comme très souvent dans les conventions de jeux vidéo, l’ambiance était conviviale et bon enfant. Outre le fait de pouvoir jouer à Doom Eternal en exclusivité, les fans pouvaient se rencontrer et participer à tout un tas d’activités. La joie pouvait se lire sur les visages et tout le monde semblait ravi de l’événement. Espérons que ce soit la première QuakeCon d’une longue série en Europe !

Thomas Wallemacq

Ph. Thomas Wallemacq