Retour sur Donnie Darko : le film qui a révélé Jake Gyllenhaal il y a bientôt 20 ans

C’est le film culte de toute une génération! ’Donnie Darko’ a presque 20 ans et ressort au cinéma dans une version restaurée. L’occasion de (re)voir cette histoire d’un ado bipolaire (Jake Gyllenhaal, dans son premier grand rôle) à qui un lapin géant prédit la fin du monde…

Et pourtant c’était parti pour devenir le plus grand flop de 2001. Mais comme avec ’Fight Club’, autre monument ciné de l’époque, un échec total au box-office n’a pu empêcher une communauté de fans de déceler un chef-d’œuvre et de le sortir du lac. Ajoutez Seth Rogen (‘Superbad’), Drew Barrymore et une playlist de feu au menu, et vous tenez le film le plus cool et le plus improbable du 21e siècle! Son réalisateur Richard Kelly était de passage en Belgique et nous a raconté comment son premier long-métrage est né… deux fois!

Comment le film a-t-il connu le succès après son échec en salles?

Richard Kelly: «Le film est sorti juste un mois après le 11 septembre 2001… Le pays était en état de choc et ne cherchait pas exactement à se divertir au cinéma. Le distributeur a même pensé à annuler la sortie. Il est sorti en DVD au printemps, mais la Fox a changé l’affiche, qui ressemblait du coup à celle d’un film d’horreur comme ’Souviens-toi l’été dernier’. Mais le bouche-à-oreille a commencé. Puis en mars 2002, je passe par hasard devant une petite pizzeria de Manhattan, et je vois l’affiche de ’Donnie Darko’ sur la vitrine! J’entre pour demander ce qui se passe, et le manager me répond: ’Mais non, c’est toi Richard Kelly? Waw, salut mec! On a une petite salle de cinéma au fond du resto, et on joue ton film tous les samedis soirs à minuit. Et chaque semaine, c’est plein à craquer’. Je n’en revenais pas. Je suis venu le samedi suivant à deux heures du matin. Et tous ces gens se sont mis à m’encercler, à me prendre en photo. Un journaliste a écrit un article sur le culte qui grandissait. Puis un distributeur anglais s’est intéressé à la sortie internationale. Ils ont bien fait les choses, et le film a été un succès là-bas. C’est là que le vent a tourné.»

Le casting regorge de stars en devenir. Comment les avez-vous trouvées?

«L’idée était de ne pas prendre les ados pour des cons! On a donc casté de vrais adolescents dans le film, ce qui arrive rarement. Jake (Gyllenhaal) avait 19 ans et Jena Malone (‘Hunger Games’) seulement 15! Jake a failli ne pas jouer dedans d’ailleurs! Jason Schwartzman (‘À bord du Darjeeling Limited’) allait jouer le rôle, mais ses disponibilités ne cadraient pas avec celles de Drew Barrymore. Or tout le financement du film reposait sur son nom à elle. Et puis Jake est arrivé. Ses parents sont producteurs et il avait joué dans quelques films. Seth Rogen sortait quant à lui de la série ’Freaks and Geeks’, et faisait des numéros de stand-up dans des bars… à 17 ans! Et puis Drew nous a suggéré Patrick Swayze (‘Dirty Dancing’) pour le rôle de Jim, et il a accepté grâce à elle. C’était un casting d’enfer.»

Une suite est sortie en 2009…

[Expire longuement] «Je ne détiens pas les droits de l’histoire, et ce film sans ambition a été produit sans que je ne sois consulté. J’ai une super idée pour une vraie suite, mais il faudrait pour cela que les producteurs me fassent confiance et me laissent prendre les rennes.»

Stanislas Ide