Le Bonheur nous pousserait à rencontrer des inconnus

Helena Lopes via Unsplash

Le sentiment de Bonheur est intiment lié à nos relations sociales, ce n’est pas nouveau. Mais les liens entre les deux seraient bien plus complexes qu’il n’y paraît, à en croire cette nouvelle étude. Notre humeur déterminerait le type de personne dont on a envie pour compagnie.

On entend souvent que pour être heureux, il faut s’entourer de ses amis. Et inversement, que lorsque l’on se retrouve en bonne compagnie, on a plutôt tendance à se sentir heureux. C’est bien ce que confirme une étude publiée ce mois-ci. Nos humeurs affectent nos relations, et vice-versa. Néanmoins, cette nouvelle recherche révèle que les liens entre humeur et socialisation sont bien plus complexes que ce que l’on pensait.

Les chercheurs ont évalué le niveau de bonheur et les interactions sociales de plus de 30.000 personnes durant un mois. Pour ce faire, ils ont récolté à travers une application les données sur ce qu’ils faisaient, avec qui, et quelle humeur ils ressentaient.

Le cycle des relations

De manière globale, les participants les plus heureux sont effectivement ceux qui ont passé le plus de temps avec d’autres personnes.

Quand ils étaient heureux, ils étaient plus enclins à s’entourer d’inconnus, ce qui diminue le sentiment de bonheur. À l’inverse, quand ils étaient plus tristes, ils avaient plutôt tendance à interagir avec des amis ou de la famille. Ce qui leur procure un sentiment de joie.

Il apparaît donc des résultats que nos interactions sociales suivent un processus complexe. Notre humeur nous poussera à chercher telle ou telle compagnie. Mais après avoir passé du temps avec ces personnes, celles-ci vont influencer notre niveau de Bonheur. Et en fonction de ce dernier, nous chercherons d’autres compagnons.

Le bonheur est une ressource

Nos relations sociales s’inscrivent donc dans une sorte de cycle, l’humeur et la socialisation étant corrélées, agissant l’une sur l’autre.

Cette étude montre en outre que le malheur, lui aussi, pousse lui à la socialisation.

Cette étude démontre donc toute la complexité des liens entre nos comportements sociaux et notre sentiment de Bonheur. De plus, « cela suggère que le bonheur est une ressource, souligne Maxime Taquet, l’un des auteurs de l’étude, plutôt que le but ultime que vous avez dans votre vie ».