VRAI ou FAUX. Connaissez-vous bien le frelon asiatique ?

Ph. GUILLAUME SOUVANT / AFP

Depuis l’année dernière, on parle beaucoup du frelon asiatique dans le nord de la France et en Belgique, le plus souvent de manière erronée. Les idées reçues le disputent aux contrevérités. Et cette mauvaise communication peut faire beaucoup de dégâts.

Le frelon asiatique est dangereux
Vrai et faux. Le frelon asiatique n’est pas agressif par principe, mais il le devient quand on s’approche à moins de 4 ou 5 mètres de son nid.

La piqûre du frelon asiatique est sept fois plus virulente que celle de l’abeille ou de la guêpe
Faux. La piqûre, si elle est douloureuse, n’est pas plus dangereuse que celle d’une guêpe ou d’une abeille. Les personnes allergiques au venin doivent cependant rester prudentes.

Les frelons asiatiques s’attaquent uniquement aux abeilles
Faux. Comme les autres frelons, c’est un prédateur qui s’attaque à une très grande variété de proies. Outre les abeilles, il s’attaque aux guêpes, aux mouches, aux papillons et aux araignées.

Les nids se situent toujours en hauteur
Vrai et faux. Les jeunes nids, de la taille d’une orange, sont installés à partir du mois de mars, sur le rebord des toits et dans divers abris. Dans le courant du mois d’août, 70 % des colonies déménage dans un nouveau nid construit par les ouvrières, souvent à plus de 10 m dans un arbre.

Les pièges sélectifs sont efficaces contre le frelon asiatique
Vrai et faux. Il n’y a actuellement aucun piège réellement sélectif contre le frelon asiatique qui ait prouvé son efficacité. La destruction des colonies reste donc la méthode la plus efficace pour en diminuer les populations et freiner leur colonisation. La destruction des nids doit être effectuée par des professionnels.