Une « esclave sexuelle » de R. Kelly livre un nouveau témoignage glaçant

AFP / K. Krzaczynski

Séquestration, viols, violences, pacte de suicide… De terribles témoignages ont été révélés, racontant le calvaire que le chanteur a fait endurer à ses victimes.

De multiples accusations d’agression sexuelle, dont plusieurs sur mineures, pèsent sur le chanteur R. Kelly. Celui-ci est actuellement enfermé dans l’Illinois, alors qu’un procès devrait bientôt s’ouvrir à New-York. Les procureurs, refusant de voir Kelly pouvoir sortir de prison, ont détaillé les crimes sexuels du chanteur dans une lettre adressée au juge de l’Illinois.

Le Daily Mail a pu prendre connaissance de ce courrier au contenu choquant. La plupart des victimes n’étaient même pas ado lorsqu’elles ont subi les abus du chanteur.

Le témoignage de Jane Doe indique que Kelly était aidé par les membres de son staff. Cette victime explique avoir été repérée dans un centre commercial. L’équipe du chanteur la convainc d’aller à Chicago où elle doit signer un accord de confidentialité. Elle aurait été séquestrée plusieurs jours, sans nourriture, avant d’être violée par R. Kelly alors qu’elle était inconsciente – probablement droguée par un membre du staff.

Un pacte de suicide

Il y a quelques jours, une ancienne esclave sexuelle de R. Kelly affirmait sur Twitter qu’il y avait, pour elle comme pour les autres filles, un « pacte de suicide ». Cette révélation confirmait le pressentiment terrible d’une mère d’une autre victime. « Il y a un pacte de suicide dans cette histoire. Je ne vais pas rester assise et laisser ces filles ôter leur propre vie pour Kelly. J’étais une de ces filles qui était prête à se suicider pour lui », a révélé Jerhonda Pace, une de ses anciennes victimes.

Le chanteur a pourtant essayé de faire taire ses victimes, comme l’affirme Michael Avenatti. L’avocat qui défend trois d’entre elles ainsi que leur famille certifie que Kelly avait payé 2 millions $ pour faire taire la famille au sujet de ses vidéos pédopornographiques avec une fillette de 12 ans.