Le ministre israélien de l’Éducation revient sur ses propos sur les homosexuels

Photo by JACK GUEZ / AFP

Le ministre israélien de l’Education Rafi Peretz est revenu mardi sur des propos où il se disait en faveur des « thérapies de conversion » pour les homosexuels, après des appels à son limogeage.

Dans une lettre aux chefs des établissements scolaires à Tel-Aviv, M. Peretz a affirmé qu’il n’avait jamais « proposé des thérapies de conversion » à aucun des élèves qu’il avait eus avant d’entrer en politique. « Je sais que les thérapies de conversion ne sont pas bien, c’est ma position sans équivoque », a-t-il écrit. « Je réalise que cela (…) ne correspond pas à la nature humaine, suscite de la souffrance plus que de l’aide et peut mettre en danger des vies avec des suicides qu’on peut éviter », a-t-il ajouté.

« Je pense qu’on peut changer un homosexuel »

Le ministre a encore affirmé que ses propos avaient été mal interprétés. « Je n’aurais jamais pensé, et je n’ai certainement jamais dit, que ce type de thérapie devrait faire partie du système éducationnel », a-t-il dit. Interrogé samedi par la chaîne 12 pour savoir s’il était en faveur des « thérapies de conversion » et s’il pensait pouvoir « changer un homosexuel », M. Peretz, également rabbin, a répondu: « Je pense qu’on peut (…) J’ai une connaissance approfondie de l’éducation et je l’ai fait aussi ». Il a évoqué le cas d’un étudiant qui lui avait confié être homosexuel et à qui il avait conseillé de « bien réfléchir ».

Photo by RONEN ZVULUN / POOL / AFP

Des propos inacceptables pour Netanyahu

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui a accueilli au sein de son gouvernement l’Union des partis de droite dirigée par M. Peretz après les législatives du 9 avril, a jugé ces propos « inacceptables ». Mais M. Netanyahu, qui dirige ce qui est perçu comme le gouvernement le plus à droite de l’histoire d’Israël, n’a manifesté aucune intention de limoger le ministre comme l’ont demandé des membres de l’opposition. Les « thérapies de conversion » ont été largement reconnues, y compris par le ministère israélien de la Santé, comme préjudiciables pour ceux qui les subissent.