Le Comité d’urgence de l’OMS se réunit au sujet de l’épidémie d’Ebola en RDC

AFP / P. Tulizo

L’Organisation mondiale de la Santé, l’OMS, tiendra une réunion du Comité d’urgence ce mercredi pour envisager éventuellement de déclarer l’épidémie de fièvre hémorragique Ebola dans l’est du Congo une «urgence de santé publique de portée mondiale».

Lundi, une réunion de haut niveau sur Ebola, accueillie par les Nations Unies, avait déjà eu lieu. Elle faisait suite à l’apparition confirmée du premier cas d’Ebola à Goma, grande ville du Nord-Kivu qui était jusqu’ici restée épargnée par la maladie. Le malade, un pasteur, est entre-temps décédé.

Face à l’inquiétude née de l’apparition de ce premier cas à Goma, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS, avait annoncé la convocation imminente du Comité d’urgence. Celui-ci devra «évaluer les derniers développements».

Des mesures strictes pourraient être prises

Goma étant une ville d’importance, par son nombre d’habitants (environ un million) et par son positionnement, proche de la frontière avec le Rwanda et en liaison aérienne et routière avec les autres régions et avec le reste du monde, une possible propagation de la maladie dans cette ville serait une nouvelle inquiétante. Jusqu’à présent, les autorités ont appelé au calme, annonçant avoir identifié les dizaines de personnes entrées en contact avec le malade durant son voyage, avant qu’il ne soit pris en charge, et avoir démarré la vaccination et le suivi de ces personnes.

Si l’épidémie congolaise d’Ebola est reconnue «urgence de santé publique de portée mondiale», des mesures plus strictes seraient implémentées dans l’effort de lutte contre sa propagation, avec davantage de contrôles aux frontières, l’ouverture de centres de soins supplémentaires et davantage de vaccination du personnel de santé.