Dour, ce festival phénoménal

Dour festival

Le festival de Dour s’est achevé ce dimanche soir, voire lundi matin pour les plus fêtards, avec un show énergique du Motel. Malgré certains incidents à déplorer, les organisateurs peuvent être fiers d’avoir accueilli 251.000 mélomanes, tous heureux d’avoir passé ces cinq jours dans le Hainaut. Les performances de Roméo Elvis, mais aussi d’Orelsan ou Salut c’est cool, ont marqué le public.

C’est avec ferveur que les «Doureuuuuuuuh» ont résonné durant cinq jours de façon ininterrompue dans les différents campings et sur la plaine des concerts. C’est la première fois qu’autant de monde s’est rendu sur le site du festival, qui a accueilli tant bien que mal les 251.000 amateurs de musique. Mercredi, ce sont Salut c’est cool, mais aussi Vladimir Cauchemar & Todiefor, Bonobo et Amelie Lens qui ont donné le coup d’envoi de cette 31e édition.

D’ici, mais surtout d’ailleurs

Situé à la frontière belgo-française, Dour a accueilli chaleureusement nos voisins, pas peu fiers de rappeler qu’ils ont décroché l’été passé leur deuxième étoile. Ils ne sont pas seuls à avoir franchi la frontière, en témoignent les nombreux drapeaux arborés par les amateurs de concerts. «Dour, c’est quelque chose que je ne peux pas rater», nous explique Jérôme, qui en est à sa 12e édition.

Côté musical également, les organisateurs ont fait la part belle à la diversité. Les festivaliers ont ainsi pu se régaler devant schoolboy Q, qui a rapidement fait oublier ASAP Rocky, ou encore Zwangere Guy, Parov Stelar, et Mr. Oizo, tous auteurs de shows hauts en couleurs.

Red Bull Elektropedia
Ph. Daniil Lavrovski

Roméo au sommet, l’électro mise à l’honneur

S’il y en avait bien un qui était attendu, c’était Roméo Elvis. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’a pas déçu le public de Dour. On sentait d’ailleurs une certaine émotion chez le rappeur, au moment de retrouver une plaine qu’il a côtoyée un temps en tant que festivalier.

Sa performance a rivalisé avec des noms tels que Damso et Orelsan dans son registre. Celui de l’électro, a quant à lui été marqué par les concerts de Laurent Garnier, Charlotte de Witte, Disclosure ou Pendulum. Outre ces gros noms, les amateurs de platines ont aussi pu profiter de la scène «Rockamadour», avec son sable et ses transats, dans une ambiance particulièrement chaleureuse.

Clap de fin

Au final, ce sont des conclusions positives que les organisateurs ont dressées au moment de dire au revoir aux derniers fêtards. S’ils déplorent les trois viols survenus en début de festival, ils ont pu montrer leur sérieux lors du sauvetage d’un festivalier en haut d’une grue, sur un chantier avoisinant. Ce lundi, c’était donc la tête pleine de souvenirs et un léger mal de crâne que tout le monde s’est rendu au travail, pas mécontent d’avoir passé ces cinq derniers jours au festival le plus lunaire de Belgique.