Ruée sur Uluru, le célèbre rocher d’Australie, avant l’interdiction

63
AFP / G. Wood

L’interdiction prochaine de l’ascension d’Uluru, célèbre formation rocheuse au cœur du désert australien, provoque une ruée problématique vers ce site considéré comme sacré dans la culture aborigène.

De nombreux touristes pensent que l’escalade d’Uluru, également appelé Ayers Rock, fait partie des choses qu’il faut absolument faire quand on visite l’Australie. Mais les aborigènes Anangu, propriétaires traditionnels du site, s’opposent à son ascension, laquelle sera totalement interdite en octobre.

Ces derniers mois, le nombre de visiteurs a nettement augmenté, en particulier les familles qui viennent en camping car et autres 4×4, ce qui pose un problème aux autorités. «On a tellement de fréquentation sur ce segment particulier, on n’a pas suffisamment d’infrastructures pour faire face aux voyageurs automobilistes», souligne Stephen Schwer, directeur général de Tourism Central Australia Stephen Schwer.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Best seats in the house for dinner 👌

Une publication partagée par Dan&Annie | Vanlife Australia (@doingdownunder) le

Les sites réservés au camping légal sont pleins et les touristes qui n’ont pas réservé à l’avance font en conséquence du camping sauvage. «Les gens ne se rendent pas compte que lorsqu’ils sortent des routes, ils pénètrent illégalement dans des terres d’élevage, des terres aborigènes ou des terres protégées», a ajouté Stephen Schwer.

Les Aborigènes Anangu vénèrent le site depuis des dizaines de milliers d’années et celui-ci revêt à leurs yeux une énorme importance spirituelle et culturelle.