Gad Elmaleh accusé de plagiat pour son célèbre sketch du «blond»

63
AFP / A. Pizzoli

Le magazine Society révèle de nouvelles accusations de plagiat visant Gad Elmaleh. De nouveaux témoignages soutiennent que l’humoriste vole régulièrement des blagues et sketchs à d’autres comiques, notamment celui qui a beaucoup participé à la construction de sa notoriété : le sketch du « blond ».

Le magazine français Society consacre une enquête à l’affaire de plagiat qui vise Gad Elmaleh. Il révèle ce jeudi de nouveaux témoignages accablants.

Les journalistes sont partis à la rencontre d’humoristes, connus ou non, qui accusent Gad Elmaleh de leur avoir volé des vannes. De Québec, de France ou des États-Unis, ils ont accepté de témoigner contre celui qui est devenu une star internationale de l’humour.

Un humoriste marseillais revendique la paternité du blond

Dans son témoignage, l’humoriste Kamel Bennafla accuse Gad Elmaleh de lui avoir volé un sketch, devenu célébrissime, celui du blond.

Les deux humoristes se sont rencontrés au festival d’Avignon. Ils se sont ensuite retrouvés dans les années 1990 lors d’une émission radio animée par Tex. Kamel Bennafla y joue son sketch « Ma femme au ski », dans lequel un Marseillais se retrouve sur les pistes aux côtés d’un blond “beau gosse et proper sur lui”. À la fin de l’émission, Gad lui demande un enregistrement du sketch, « pour qu’il puisse progresser ». « J’étais flatté » se souvient Kamel Bennafla.

Sauf que quelques années plus tard, le Marseillais se fait interpeller par le public. Les spectateurs affirment que son sketch, « Ma femme au ski », appartient en réalité à Gad Elmaleh…  « J’ai tout de suite compris, mais j’ai gardé mon calme », se rappelle-t-il.

« Coïncidence, ou plagiat ? »

Gad Elmaleh n’a pas encore réagi à ces nouvelles accusations.

L’humoriste avait déjà été accusé de plagiat par CopyComic, un compte anonyme. Dans plusieurs vidéos, CopyComic avait épinglé ses « emprunts » à différents comiques, posant la question « coïncidence, ou plagiat ? »

Jusqu’ici, Gad Elmaleh s’est défendu d’avoir plagié ses pairs et parle quant à lui « d’inspiration ».