Une mère gagne le droit d’annuler l’avortement de sa fille handicapée

Pixabay

La justice anglaise avait dans un premier temps obligé l’avortement d’une fille touchée par un handicap mental pour préserver sa santé et celle de son enfant. Un juge vient cependant d’annuler cette décision au terme d’une procédure en appel.

A Londres, une maman a gagné le droit d’annuler l’avortement de sa fille handicapée mentale, âgée d’une vingtaine d’années et enceinte de 22 semaines. La justice, basée sur l’avis de trois médecins, avait pourtant obligé l’avortement dans un premier temps, mettant en avant l’âge mental de la future mère situé entre six et neuf ans. Selon les médecins, la future maman risquait d’importantes séquelles psychologiques si elle allait au bout de sa grossesse, ce qui représentait également un risque pour le bébé.

La (future) grand-mère du bébé, qui est contre cette décision, a décidé de porter l’affaire en appel. Elle a affirmé pouvoir prendre soin du bébé et de sa fille handicapée elle-même. Un argument qui a visiblement fait mouche vu que les juges ont annulé la première décision. Ils donneront plus d’explications sur ce jugement dans un futur proche.

En Grande-Bretagne, l’avortement est possible jusqu’à 24 semaines après les dernières règles, contre 14 semaines en Belgique.