Un jeune conducteur sur trois a reçu au moins un PV l’an dernier

Belga / J. Hamers

En Belgique, un conducteur âgé de 18 à 30 ans sur quatre (27%) a reçu au moins un procès-verbal au cours de l’année écoulée, rapporte mardi l’Institut Vias.

C’est à Bruxelles et en Wallonie que les jeunes conducteurs sont les plus réprimandés, alors que le risque de se faire contrôler est plus important au nord du pays, relève le centre de connaissance sur la mobilité et la sécurité routière.

L’an dernier, 37% des jeunes conducteurs bruxellois et 34% des jeunes conducteurs wallons ont reçu au moins un PV, contre 21% en Flandre. Pas moins de 12% des jeunes Bruxellois ont même reçu plusieurs PV (7% des Wallons et 5% des Flamands de cette tranche d’âge). La plupart des PV adressés aux moins de 31 ans concernent des excès de vitesse (61%), des stationnements interdits (32%) et l’utilisation du GSM au volant (10%).

L’organisme a aussi réalisé une enquête sur les comportements à risque des jeunes sur la route. Un peu moins d’un jeune sur trois (32%) déclare avoir lu ou envoyé un SMS ou un e-mail en conduisant au cours du mois écoulé, et quasi un jeune sur cinq (18%) a téléphoné en tenant son GSM en main.

«Les différences régionales les plus importantes concernent la conduite sous l’influence de l’alcool et de drogues. En Wallonie, un jeune sur sept (15%) déclare avoir repris le volant après avoir bu au cours du mois écoulé. C’est deux fois plus que les jeunes Flamands (8%) et trois fois plus que les jeunes Bruxellois (5%). À Bruxelles, en revanche, la conduite sous l’influence de drogues (7%) semble beaucoup plus répandue qu’en Flandre (4%) et en Wallonie (2%)», souligne également l’institut.

Vias espère que le prochain gouvernement fédéral «adoptera enfin la tolérance zéro en matière d’alcool pour les conducteurs novices». Plus d’un jeune conducteur belge sur quatre (27%) a été impliqué dans un accident au cours des trois dernières années, rappelle Vias (35% à Bruxelles, 26% en Wallonie et en Flandre). Les 18-30 ans sont deux fois plus représentés dans les accidents avec tués ou blessés que le reste de la population.