«Tout ce que vous voyez, je le dois aux pâtes!»

Les livres d’histoire ont tendance à réduire les personnages célèbres à leur essence. Leur vie est résumée sous forme de réussites et d’échecs, et chaque détail qualifié d’inutile est passé sous silence. Pourtant, ce sont justement ces petites choses qui définissent le mieux une personne. Quel genre de musique aimait-elle écouter? Avait-elle un accent quand elle parlait? Quel était son plat préféré? Ces questions permettent de dresser une image humaine de personnages qui ont parfois pris des proportions mythiques.

Le livre «Vrouwvolk», qui vient de sortir, dresse le portrait de quatorze femmes célèbres en mettant en exergue leurs particularités culinaires. C’est ainsi que Sophia Loren devrait ses courbes aux pâtes et que Frida Kahlo préparait chaque jour un pique-nique pour son mari, Diego Rivera. D’autres, comme Coco Chanel, ne se souciaient pas du contenu de leurs casseroles, mais préféraient se focaliser sur l’art de la table. Via des portraits historiques concis et des recettes caractéristiques de leur existence, l’ouvrage nous livre un regard différent sur ces femmes. Avec comme résultat, un livre à s’en lécher les doigts au sens propre comme au sens figuré! Voici deux recettes qui lèvent un coin du voile.

Marie-Antoinette

«Qu’ils mangent de la brioche!», c’est en ces termes que Marie-Antoinette aurait réagi en apprenant que la France souffrait de la famine. Ces paroles de la reine de France sont gravées en majuscules dans notre mémoire collective, bien qu’elle ne les ait jamais prononcées. La Marie-Antoinette de l’histoire se préoccupait beaucoup du peuple français. Ses origines autrichiennes mettaient une certaine distance entre elle et la splendeur de Versailles. Elle se montrait à la cour, mais dans ses appartements privés elle ne prenait que des repas très frugaux. Les recettes de «Vrouwvolk» ne sont en l’occurrence pas basées sur ses habitudes alimentaires, mais sur les robes et les coiffures luxueuses avec lesquelles elle se montrait en public.

Guimauves aux cerises et aux myrtilles

  • 200 g de cerises dénoyautées ou 200 g de myrtilles
  • 6 petites feuilles de gélatine
  • 200 g de sucre + un peu plus pour saupoudrer
  • 60 g de blanc d’œuf (env. 2 œufs)
  • 1 c. à s. de miel d’acacia
  • Huile neutre pour graisser

Mixez les fruits au robot de cuisine jusqu’à obtenir une purée moelleuse. Passez la purée au tamis fin afin d’éliminer les restes de peau et de graines. Faites tremper les feuilles de gélatine dans une grande quantité d’eau froide. Pesez 100 ml de purée et chauffez-la avec le sucre dans une casserole. Laissez mijoter 5 à 9 minutes jusqu’à ce que le sirop atteigne une température de 120°C. Utilisez un thermomètre à sucre. Dans l’intervalle, battez en neige le blanc d’œuf avec le miel d’acacia. Retirez la casserole du feu. Essorez l’eau de la gélatine et mélangez la gélatine avec le sirop de fruits. Mélangez en battant le sirop chaud avec la meringue et continuez à battre jusqu’à ce que la meringue ait refroidi.

Trempez du papier essuie-tout dans l’huile neutre et frottez une fine couche d’huile sur une feuille de papier sulfurisé. Versez la pâte à guimauve sur le papier et étalez-la pour obtenir une couche de 2 cm d’épaisseur. Laissez reposer la pâte jusqu’au lendemain à température ambiante. Coupez la plaque en petits blocs et roulez-les dans le sucre.

Marilyn Monroe

Le sexe symbole des années 50 n’était pas une dame facile. Marilyn a passé sa jeunesse dans des familles d’accueil et des orphelinats, pour finalement être pratiquement contrainte de se marier à l’âge de 16 ans. D’après son premier mari, elle n’était pas du tout un cordon bleu, mais après sa «découverte» en tant qu’actrice elle n’a plus eu à s’en soucier. Les rôles au cinéma se succédaient rapidement, comme ses maris et amants. Elle était devenue tellement célèbre qu’elle préférait manger dans sa chambre d’hôtel pour éviter les paparazzis. Elle se composait des repas faciles, un tant soit peu sains, pour garder la ligne.

Muffins épicés pour le petit-déjeuner

  • 260 g de farine de blé
  • 90 g de gruau d’avoine
  • 1 c. à c. de levure chimique
  • 1 c. à c. de bicarbonate de soude
  • 1 c. à c. de sucre vanillé
  • 1 c. à c. de cannelle
  • 1 c. à c. de gingembre moulu
  • 1 c. à c. de clous de girofle moulus
  • Une pincée de sel
  • 85 g de sucre brun en poudre
  • 40 g d’amandes hachées
  • 80 g de fruits secs hachés
  • 100 ml d’huile de tournesol
  • 300 ml de kéfir
  • 2 œufs

Faites préchauffer le four à 175 °C. Mélangez tous les ingrédients secs dans un saladier. Battez ensemble l’huile de tournesol, le kéfir et les œufs et versez ce mélange sur les ingrédients secs. Veillez à bien incorporer tous les ingrédients, mais ne mélangez pas plus que nécessaire, sinon les muffins seront caoutchouteux. Remplissez les petits moules aux trois quarts et faites cuire les muffins pendant 20 minutes environ.

Étoiles: 5

Marianne Pfeffer Gjengedal et Klaudia Iga Pérès, Vrouwvolk, Nijgh & van Ditmar, p. 320, 39,99 euros