Les employeurs vont devoir faire face au départ des baby-boomers

Quatre employeurs sur dix indiquent que le vieillissement de leurs salariés figure dans le top 3 de leurs préoccupations. Quelque 700.000 baby-boomers vont quitter le marché eu travail dans les années à venir.

Selon une enquête de la société de ressources humaines Robert Half, la plupart des employeurs ne sont pas prêts à encaisser le départ en pension de leurs salariés expérimentés. 88 % des personnes interrogées déclarent être préoccupées par la perte de connaissance engendrée par le départ des baby-boomers. Un employeur sur trois va même jusqu’à dire qu’il s’agit d’un enjeu majeur.

Dès lors, bien recruter et garder son personnel est devenu encore plus important. Et le management en est conscient : l’attraction des talents (28 %) et la rétention des talents (31 %) sont parmi leurs plus grandes préoccupations, tant pour les PME que pour les multinationales.

Ce qui peut être un problème pour les employeurs peut, en revanche, sourire aux candidats qui possèdent les compétences requises. Ils se trouveront dans une position de force pour négocier leurs conditions d’embauche, et notamment des conditions de travail flexibles. Ceux qui se montreront prêts à entrer des programmes de coaching ou de tandem avec des salariés plus âgés seront encore plus favorisés.