Deux mois après l’incendie de Notre-Dame, seulement 9 % des dons ont été versés

Photo Lionel BONAVENTURE / AFP

Seulement 9 % des 850 millions d’euros de promesses de dons ont été effectivement versés, soit 80 millions d’euros, les grandes entreprises et les collectivités élaborant d’abord des conventions sur l’affectation des sommes importantes qu’elles verseront, a-t-on appris auprès du ministère.

Les 80 millions versés correspondent aux petits dons des très nombreux particuliers sur les quatre plate-formes, souscrits sans conditions particulières, sous formes de chèques, de virements et même d’espèces. Le ministre de la Culture Frank Riester a confirmé vendredi matin sur France 2 ce chiffre avancé par France Info, en soulignant qu’il s’expliquait en partie par un décalage dans le temps explicable dans ce type de situations.

Un décalage explicable

Ce qui a été reçu, « c’est 350.000 donneurs, c’est 850 millions, un peu plus, de promesses de dons », a-t-il rappelé, en avançant deux raisons au fait que, par contraste, seulement 9% des dons soient en caisse: « D’abord il peut y avoir des gens qui promettent de donner mais qui in fine ne le font pas (…) Mais il y a surtout, et ça c’est normal, que les dons vont être donnés progressivement en fonction de l’avancée des travaux », a-t-il argumenté. « Des conventions sont en train d’être travaillées notamment avec les gros donateurs, avec les trois fondations » (Fondation du patrimoine, Fondation Notre-Dame, Fondation de France NDLR) et l’institution (le Centre des Monuments nationaux) qui sont les quatre institutions choisies pour faire partie de cette grande collecte nationale », a expliqué M. Riester.

« Ce sont ces conventions qui vont permettre ensuite de voir le versement pour l’établissement public » chargé de la restauration et prévu dans le projet de loi, a ajouté le ministre. L’enquête judiciaire se poursuit par ailleurs, sans qu’on connaisse les causes du sinistre -court-circuit ou toute autre cause. Une première messe doit être célébrée samedi en petit comité dans une chapelle de la cathédrale par l’archevêque de Paris, Mgr Michel Aupetit, deux mois après l’incendie.