Des chercheurs découvrent un champignon magique, capable d’attirer l’or

Ph. Pixabay

Des scientifiques ont fait une découverte qui risque de faire des envieux. Ils ont trouvé en Australie un champignon ayant une propriété exceptionnelle : celle d’attirer l’or.

Des scientifiques ont fait une découverte étonnante près de la ville de Boddington, au sud de Perth, en Australie. En examinant attentivement un champignon Fusarium oxysporum, ils ont trouvé de l’or et visiblement, ce ne serait pas un hasard. Leur découverte a fait l’objet d’une publication ce 23 mai dans la revue scientifique Nature Communications.

Would you like a new kind of magic mushroom? Our scientists have made a gold-plated discovery.

Posted by CSIRO on Thursday, May 23, 2019

« Comme des boules sur un sapin de Noël »

Que les chercheurs d’or se rassurent, ils ont encore de beaux jours devant eux en Australie, le deuxième pays producteur d’or au monde. En effet, ce champignon magique ne permet pas (encore ?) de récolter des pépites mais juste des microscopiques dépôts d’or. « En zoomant sur le champignon, on peut y voir des boules d’or fixées à ses filaments, comme des boules sur un sapin de Noël », explique l’agence australienne CSIRO.

Ph. CSIRO

Une découverte intéressante pour les chercheurs d’or

Les scientifiques se sont intéressés de plus près à cette étonnante propriété. Selon le docteur Tsing Bohu, co-auteur de l’étude, le Fusarium oxysporum serait en fait capable de provoquer une réaction avec des particules prélevées dans l’environnement et d’en produire de l’or.

En attendant de continuer à en apprendre davantage sur cet étonnant champignon, le chercheur estime que les dépôts d’or retrouvés sur les racines pourraient être le signe de présence plus importante d’or à proximité de celui-ci, à quelques mètres de profondeur.

Finalement, le Fusarium oxysporum pourrait donc quand même intéresser les chercheurs d’or ! Et le docteur Ravi Anand, responsable de cette étude, ne s’y trompe pas. « Nous cherchons à comprendre si le champignon que nous étudions peut être utilisé en combinaison avec des outils d’exploration pour aider l’industrie à cibler des zones de prospections », a-t-il déclaré au Guardian.