Trump au Japon: priorité aux honneurs et aux marques de bonne entente

Trump au Japon: priorité aux honneurs et aux marques de bonne entente

Le président américain Donald Trump arrive samedi au Japon pour une visite de quatre jours qui devrait être dominée par force amabilités et images de bonne entente sans avancées concrètes à attendre sur la question prégnante du commerce. Pour ce deuxième voyage au Japon, il sera le premier dirigeant étranger à rencontrer le nouvel empereur Naruhito, monté sur le trône du Chrysanthème le 1er mai, après l’abdication de son père Akihito, un signe des liens forts noués par les deux pays autrefois ennemis. A Washington comme à Tokyo, on vante aussi une relation personnelle « sans précédent » entre M. Trump et le Premier ministre Shinzo Abe. Les deux hommes ne manqueront d’ailleurs pas de faire une partie de golf, leur passion commune.
Le point d’orgue de cette visite d’Etat doit être la rencontre lundi entre le président américain et l’empereur, ainsi que le banquet donné le soir au palais impérial.
La veille, Donald Trump assistera à un tournoi de sumo, dans l’arène de Ryogoku Kokugikan. C’est une rencontre peu commune qui se prépare entre l’inclassable président américain, peu soucieux des codes et usages, et l’ancienne lutte japonaise sacrée, figée dans des traditions plus que millénaires. Il remettra dimanche une toute spéciale « Coupe Trump » au vainqueur.
La présence de Donald Trump dans l’immense enceinte de plus de 10.000 places sera aussi un casse-tête logistique et de sécurité sans précédent nécessitant des aménagements qui font froncer quelques sourcils dans le monde des aficionados du sumo.
La fameuse partie de golf est programmée avant le sumo, et le tout sera suivi d’un dîner avec les épouses du président et du Premier ministre dans le quartier animé de Roppongi.
La séquence officielle diplomatique du voyage se limite à une brève réunion bilatérale avec un déjeuner de travail lundi, après quoi les deux dirigeants parleront aux médias.
MM. Trump et Abe prévoient également de rencontrer les familles de Japonais enlevés dans les années 1970 et 1980 par la Corée du Nord dans le but d’en faire des formateurs d’espions nord-coréens. Shinzo Abe, pour qui ce sujet est d’une grande importance en politique intérieure, avait demandé à Donald Trump de soulever cette question dans ses discussions avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un.
Enfin, ils doivent visiter mardi la base navale commune de Yokosuka.

source: Belga