Festival de Cannes : Deux films belges primés, et la Palme à ‘Parasite’ de Bong Joon-ho

À la surprise quasi-générale, c’est la comédie coréenne ‘Parasite’ de Bong Joon-ho (‘Okja’, ‘The Host’) qui sort du lot et emporte la Palme. Face à lui, mais absent dans la salle, Pedro Almodóvar repart une sixième fois bredouille. Et la Belgique peut se vanter d’empocher deux prix : la Caméra d’Or pour ‘Nuestras Madres’ de César Diaz, et le prix de la mise en scène pour les Frères Dardenne. 

Tout le monde le donnait vainqueur, mais Pedro Almodóvar devra se contenter du prix d’interprétation masculine pour son acteur fétiche Antonio Banderas. Très ému, celui-ci a dédié son trophée à son mentor, lui témoignant son admiration. C’est donc le Coréen Bong Joon-ho qui lui coupe l’herbe sous le pied, avec une comédie grinçante sur une famille pauvre s’approchant d’une famille aisée. Certains regrettaient sa similarité avec le gagnant de 2018, ‘Une affaire de famille’ du Japonais Hirokazu Kore-eda. Mais l’humour et l’inventivité du réalisateur sont parvenus à le démarquer.

N’oublions pas notre Belgique et ses multiples talents cinématographiques ! César Diaz repart avec la Caméra d’Or, le prix récompensant le meilleur premier film, toutes sections confondues. Et les Frères Dardenne parviennent encore à créer la surprise, malgré les quatre prix déjà glanés par le passé (la Palme pour ‘Rosetta’ et ‘L’enfant’, le Grand Prix pour ‘Le gamin au vélo’, le prix du scénario pour ‘Le silence de Lorna’, sans compter les prix d’interprétation obtenus par Emilie Dequenne et Olivier Gourmet). Ils complètent leur tableau de chasse avec un prix de la mise en scène bien mérité, même si leur film ‘Le jeune Ahmed’ ne semble pas avoir secoué les attentes des festivaliers.

Le jury a tout de même veillé à récompenser de nouvelles voix, françaises en l’occurrence. Ladj Ly et son film d’action captivant ‘Les Misérables’ s’est vu décerner le Prix du Jury (ex æquo avec l’audacieux ‘Bacurau’, un western futuristico-social brésilien). Soulignant que « la misère est le seul ennemi se tenant entre le peuple et la police », le jeune réalisateur a dédié son prix « à tous les misérables de France, et du monde entier ». Sans oublier ‘Atlantique’ de la Franco-Sénégalaise Mati Diop, qui crée la plus grande surprise de la soirée en recevant le Grand Prix, sorte de médaille d’argent d’un palmarès étonnant mais résolument orienté vers la nouveauté et l’avenir.

Le Palmarès entier :

Palme d’Or : ‘Parasite’ de Bong Joon-ho

Grand Prix du Jury : ‘Atlantique’ de Mati Diop

Prix du Jury ex æquo : ‘Les misérables’ de Ladj Ly et ‘Bacurau’ de Kleber Mendoça Filho et Juliano Dornelles

Prix de la mise en scène : Luc et Jean-Pierre Dardenne pour ‘Le jeune Ahmed’

Prix du scénario : Céline Sciamma pour ‘Portrait de la jeune fille en feu’

Prix d’interprétation féminine : Emily Beecham pour ‘Little Joe’

Prix d’interprétation masculine : Antonio Banderas pour ‘Dolor y Gloria’

Mention Spéciale du Jury : ‘This Must Be Heaven’ d’Elia Suleiman

Caméra d’Or : ‘Nuestras Madres’ de César Diaz