Festival de Cannes : le verdict de nos reporters

117

L’édition 2019 du plus grand festival de cinéma au monde ne se conclut que samedi soir. Mais à l’heure où tous les films de la Compétition ont déjà été dévoilés, nos reporters se risquent au petit jeu du pronostic. Malgré un niveau béton et de très bonnes surprises, ils ont paradoxalement décidé de miser sur un vieux de la vieille. Et vous ?

La sixième sera la bonne pour Pedro Almodóvar ! Éternel joueur, mais jamais en haut du podium, le metteur en scène de grands classiques comme ‘Tout sur ma mère’ ou ‘Parle avec elle’ semble avoir largement convaincu les foules avec ‘Dolor y Gloria’. On y trouve Antonio Banderas en alter ego d’Almodóvar, un réalisateur en panne d’inspiration, fouillant ses souvenirs pour retrouver le désir de créer. Couleurs vives, poésie, flashbacks, on connaît les ficelles. Et pourtant, on en sort ému comme au premier jour… et plus encore !

Bien que convaincus par ‘Dolor y Gloria’, nos reporters s’autorisent tout de même à dévoiler leur Palme du cœur, mettant à l’honneur deux films qui ont surpris les festivaliers, qui il y a dix jours à peine misaient leur argent sur Ken Loach ou Terrence Malick. Pour Stanislas Ide, ce sera ‘Portrait de la jeune fille en feu’ de Céline Sciamma, une passion amoureuse en costumes d’époque, doublée d’une réflexion sur le rôle de l’artiste. Pour Ruben Nollet, ce sera ‘Parasite’ de Bong Joon-ho, une comédie coréenne avec des accents de lutte des classes.

Et un petit dernier pour la route, en attendant le verdict de demain. ‘Le Traître’, du légendaire Marco Bellocchio, autre grand habitué du festival. Un film sur la mafia sicilienne, et le cirque judiciaire suivant l’arrestation massive d’une série de grands parrains, au début des années ’80.

Retrouvez le Palmarès du festival de Cannes ce samedi soir sur notre site, ainsi que notre débrief des moments phares de cette édition 2019 dans nos pages de lundi.