Conflit en Syrie – Rome annonce la libération d’un otage italien en Syrie, enlevé en 2016

Le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte a annoncé mercredi la libération d’un otage italien, Alessandro Sandrini, enlevé en 2016 à la frontière entre la Turquie et la Syrie. « Notre compatriote Alessandro Sandrini a été libéré à l’issue d’une action coordonnée en territoire étranger », a déclaré M. Conte dans un bref communiqué, le père de l’otage précisant aux médias qu’il s’agissait de la Syrie.
« Mon fils est libre. Il se trouve encore en Syrie mais il est entre les mains des carabiniers. Je suis plus qu’heureux, c’est la fin d’un cauchemar », a déclaré Gianfranco Sandrini, cité par le site du quotidien La Repubblica.
Les médias italiens n’ont évoqué qu’en août 2018 l’enlèvement d’Alessandro Sandrini, 32 ans, survenu en octobre 2016, alors qu’il était parti en vacances en Turquie.
Sa mère avait rompu le silence préconisé par le ministère des Affaires étrangères après avoir reçu plusieurs brefs appels téléphoniques de son fils et au moins une vidéo où on le voit agenouillé, vêtu d’une combinaison orangée et sous la menace d’hommes armés.
« Je vous en prie aidez-moi, je suis fatigué. Ils vont me tuer si la situation n’est pas résolue rapidement », dit-il dans une vidéo face à deux hommes armés.
Le parquet de Rome, qui va l’interroger à son retour en Italie, avait ouvert une enquête sur son enlèvement.
A son retour dans sa ville, Brescia, Alessandro Sandrini sera vraisemblablement assigné à résidence car il est impliqué dans deux procès.
Il faisait à l’origine l’objet d’un mandat d’arrêt car il est soupçonné de recel, pour avoir tenté de vendre des tablettes volées, mais également d’un cambriolage avec un complice en 2016, avant son départ en Turquie.
Selon les médias italiens, ce mandat d’arrêt, synonyme d’emprisonnement, devrait être remplacé par l’assignation à résidence.

source: Belga