Ambitions climatiques de la Flandre: Geert Bourgeois critiqué par le CD&V et l’Open Vld

Le ministre-président flamand Geert Bourgeois (N-VA) a été critiqué mercredi au parlement flamand pour son manque d’ambition climatique, jusqu’au sein de la majorité gouvernementale par des voix CD&V et Open Vld. Il y a deux semaines, M. Bourgeois avait dénoncé la volonté affichée par le Premier ministre Charles Michel et sept autres dirigeants européens au sommet de Sibiu (Roumanie) de faire de l’Union européenne une « société climatiquement neutre » d’ici 2050, un objectif plus ambitieux que celui convenu en Belgique avec les entités fédérées.
Le nationaliste flamand, tête de liste de son parti à l’élection au Parlement européen, avait notamment reproché au gouvernement fédéral en affaires courantes de prendre des engagements qui toucheront les entités fédérées sans leur avoir demandé leur avis au préalable.
Pour le chef de groupe Groen au parlement flamand, Bjorn Rzoska, c’est bien là la preuve que la Flandre « freine » la Belgique dans sa politique climatique.
Le député d’opposition a reçu du soutien du côté du CD&V et de l’Open Vld. « Ce parlement a donné mandat (à M. Bourgeois, NDLR), dans sa résolution sur le climat, de jouer un rôle pionnier au niveau européen. Que vous n’ayez pas été contacté n’est pas une excuse pour ne pas donner suite à cette demande », a lancé Robrecht Bothuyne (CD&V).
Willem-Frederik Schiltz (Open Vld) s’est irrité de la querelle du « qui a tort, qui a raison » entre MM Bourgeois et Michel. « Il est écrit que si nous ne sommes pas climatiquement neutres en 2050, les coûts seront ingérables », a-t-il souligné.
Geert Bourgeois, lui, est resté inflexible. « La neutralité carbone, ça sonne bien, mais je ne signerai pas de chèque en blanc ». Il affirme que cet objectif nécessiterait de « démolir 2,3 millions de logements » en Flandre.

Source: Belga