Un réseau de trafiquants d’êtres humains actif à la gare du Nord démantelé

Belga / N. Quintelier

La police judiciaire fédérale de Bruxelles a démantelé la semaine passée une bande active dans le trafic d’êtres humains sur le territoire de la Région de Bruxelles-Capitale, a indiqué mercredi le parquet de Bruxelles.

Cette organisation rassemblait des passeurs qui essayaient de transférer des migrants contre paiement vers le Royaume-Uni en les plaçant dans des camions sans que les chauffeurs en aient connaissance. La police a interpellé dix suspects, qui ont été déférés devant le juge d’instruction et placés sous mandat d’arrêt. De plus, dix transmigrants ont été transférés au centre fermé de Steenokkerzeel. Les autres transmigrants ont reçu un ordre de quitter le territoire.

L’organisation criminelle était principalement composée de Soudanais qui séjournaient à plusieurs adresses à Bruxelles. Les passeurs recrutaient leurs victimes dans les quartiers de la gare du Nord et du parc Maximilien. Les transmigrants devaient voyager en train vers Arlon et devaient ensuite se rendre à pied vers les parkings autoroutiers de Hondelange et Sterpenich, près de la frontière luxembourgeoise, où ils étaient finalement introduits dans le chargement des camions. Il est apparu que les transports des victimes n’étaient pas toujours sans danger. Des victimes craignant pour leur vie avaient déjà appelé au secours la police lors de certains trajets.

Les polices de la route et du corps d’intervention de la province du Luxembourg ont été appelées à prêter main forte à la police fédérale. Une intervention à hauteur du parking de Hondelange a notamment débouché sur l’extraction de 5 transmigrants d’un camion et l’interpellation d’un trafiquant d’êtres humains encore sur place. Les perquisitions aux résidences des suspects à Bruxelles ont été menées en parallèle jeudi. Elles ont mené à l’arrestation de six suspects ainsi qu’à l’interpellation d’une trentaine de transmigrants dont le statut de séjour n’était pas en ordre. Par ailleurs, il a été procédé à l’arrestation de deux suspects détenus sur base de la législation sur les étrangers et d’un troisième écroué à la prison d’Arlon pour un autre délit.