Alerte au Royaume-Uni après la diffusion de milliers de photos de revenge porn

287
Ph. Youtube

Une femme qui avait changé de nom et quitté sa ville pour échapper au revenge porn sort de l’anonymat et lance l’alerte: des milliers de photos de femmes britanniques ont été partagées en ligne.

Mikala Monsoon pensait avoir laissé derrière elle le fléau du revenge porn en changeant son identité. Il n’en est rien: des photos d’elle, et de centaines d’autres victimes, viennent de ressortir en ligne. Elle a décidé de rompre son anonymat pour lancer l’alerte après la publication de ces nouvelles images.

Elle a découvert sur un site web de stockage en ligne des milliers d’images explicites de femmes « de toutes les villes du Royaume-Uni ». Elle veut que la police prenne enfin ce genre de problème au sérieux, alors que le partage de photos de revenge porn (des images sexuelles privées) est devenu illégal en 2015.

La jeune femme s’est confiée à Metro UK. « Ces photos circulent depuis quatre ou cinq ans. J’ai été mortifiée, bouleversée et angoissée lors de lors de leur publication. Mais maintenant, je suis juste en colère », explique-t-elle. « Des images de moi ont été publiées sur Reddit et sur des sites pornographiques. Mais ce site est la plus grande collection que j’ai vue. »

Ph. Pexels

Le site concerné assure qu’il « ne tolère aucune activité illégale » et que sa procédure dans ce genre de cas consiste à « désactiver le lien et à fermer le compte de l’utilisateur ». Mikala a signalé le problème à la police à Glasgow la semaine dernière, mais la page est toujours en ligne. La victime déplore la mauvaise qualité du travail des agents qui ont enregistré sa plainte. « Je devais expliquer à l’agent ce qu’étaient Mega et d’autres sites de partage de fichiers. Comment pouvez-vous enquêter à ce sujet si vous ne comprenez pas ces notions de base sur Internet? », s’interroge-t-elle.

La police, bien que pointée du doigt, encourage les victimes à porter plainte.