Le viaduc Hermann-Debroux sera bien détruit

29
Belga / Thierry Roge

C’était dans l’air depuis mercredi soir: le gouvernement bruxellois a validé jeudi la première étape d’un processus qui devrait mener d’ici quelques années à la démolition du viaduc Herrmann-Debroux, l’infrastructure autoroutière qui relie via l’E-411, Bruxelles, Namur et Luxembourg-Namur-Bruxelles, depuis 1973.

Concrètement, les ministres bruxellois ont donné leur feu vert, en première lecture, au projet de Plan d’Aménagement Directeur (PAD) Herrmann-Debroux. Celui-ci fixe les grandes orientations d’aménagement du territoire qu’adoptera, dans les années à venir, sous réserve des permis requis, l’entrée de ville sud-est de la Région de Bruxelles-Capitale.

Cette zone est située majoritairement sur la commune d’Auderghem, dirigée par Didier Gosuin (DéFI), qui avait entamé son parcours politique dans les années ’70 aux côtés des opposants à la construction du viaduc.

L’objectif du PAD Herrmann-Debroux est d’améliorer la qualité de vie dans les quartiers environnants. Aux yeux du gouvernement régional, ceci passe avant tout par la modération du trafic sur l’E-411, conformément à sa volonté de réduire le trafic automobile à l’échelle de la Région et d’en atténuer les impacts négatifs sur la qualité de la vie et la sécurité.

Un « recalibrage » de l’E-411

Le projet de PAD mise sur un recalibrage de l’autoroute E-411, pour ne plus la considérer, uniquement comme une voirie routière mais comme « paysagère et multimodale », tout en permettant de retisser des liens à l’échelle locale et de libérer des espaces continus pour la végétation, les modes doux et les transports en commun.

C’est dans cette optique que la démolition du viaduc Herrmann-Debroux est proposée dans le projet.

Plus largement, le report modal occupe une place centrale dans le projet. Il se fonde ainsi sur la prolongation, depuis Herrmann-Debroux jusqu’à la Forêt de Soignes (et son centre sportif), de la ligne de tram rapide numéro 8. A terme, celle-ci sera scindée en deux parties: une ligne de rocade vers Roodebeek et une ligne radiale vers Louise, depuis le centre sportif situé en lisière de Forêt de Soignes.

A cet endroit, le projet de PAD prévoit la mise en place d’un hub de mobilité se rapprochant d’un parking relais (ou P+R) tel qu’il en existe actuellement. Objectif: permettre le report modal pour les automobilistes qui ne peuvent se reporter sur des alternatives en dehors de Bruxelles, mais le plus possible en amont du boulevard du Souverain. Actuellement le P+R Delta est situé en aval.

L’enquête publique sur le projet de PAD sera organisée vers la mois d’octobre.