Le quartier chaud d’Osaka mis en congé forcé

172
AFP

Les travailleurs du sexe d’Osaka vont devoir prendre des vacances forcées pendant le sommet du G20. La ville veut assagir son image pour la venue fin juin des chefs d’État et de gouvernement de ce groupe de pays industrialisés et émergents.

Les 159 membres de l’association Tobita Shinchi, qui représente les entreprises du quartier chaud, vont devoir mettre la clef sous la porte pendant le sommet afin d’éviter toute «perturbation», a expliqué un responsable de l’association. «Le sommet étant un événement si important, nous avons pensé que même un accrochage mineur entre nos clients pourrait être source de perturbation et nous avons donc décidé volontairement de fermer», a-t-il affirmé. Les disputes entre clients surviennent généralement en partie sous l’effet de la consommation d’alcool dans le quartier, a-t-il ajouté.

Tobita Shinchi fut à une époque le plus grand quartier de maisons closes agréées du Japon mais pour contourner les lois anti-prostitution, de nombreux établissements fonctionnent à présent en tant que «restaurants de style japonais».

L’association avait pris des mesures similaires en 1995, lorsqu’Osaka avait accueilli le sommet de la Coopération économique pour l’Asie-Pacifique, mais une partie seulement des établissements avaient fermé. Le Japon va accueillir les 28 et 29 juin des dirigeants du monde entier parmi lesquels le président américain Donald Trump et le président chinois Xi Jinping.