Tout ce qu’il faut savoir sur le 72ème Festival de Cannes

122
AFP

Comme chaque année, tout le gratin de la planète cinéma se réunit en mai sur la Croisette pour une grand-messe un peu spéciale: films d’auteur, vedettes glamour, deals à gogo entre producteurs, polémiques plus ou moins calculées… Le Festival de Cannes, c’est tout ça! Petit coup de projecteur sur ce qui marquera à coup sûr cette 72ème édition. Metro sera sur place tout le long du festival pour vous apporter les nouvelles fraîches!

Tarantino, 25 ans après ‘Pulp Fiction’

Il s’est fait désirer, mais il promet d’envoyer du lourd! Le gourou du cinéma geek, fan d’hémoglobine et de longs dialogues, revient en compétition avec ‘Once Upon a Time in Hollywood’. Un quart de siècle après la Palme d’Or, c’est plutôt bon signe. D’autant plus qu’il débarque avec Leonardo Di Caprio, Brad Pitt et Al Pacino…

Jamais deux sans trois pour les Dardenne?

Ils font partie du club hyper sélect des double palmés (avec Emir Kusturica, Billie August, Ken Loach, Francis Ford Coppola, Michael Haneke et Shohei Imamura). Abonnés à la compétition cannoise, ils y présenteront ‘Le jeune Ahmed’, le portrait d’un ado radicalisé. S’ils l’emportent, ils seront les premiers cinéastes de l’histoire à aligner trois Palmes. La Belgique retient son souffle…

On prend les mêmes et on recommence

… mais la compétition sera rude! Les frères devront composer avec d’autres grands habitués, comme Pedro Almodóvar (‘Dolor y Gloria), Ken Loach (‘Sorry We Missed You’) ou Terrence Malick (‘A Hidden Life’). C’est le petit reproche souvent adressé à Thierry Frémaux, le délégué général: ses sélections manqueraient de fraîcheur.

Quatre réalisatrices en compétition

S’il y a un reproche auquel Frémaux a été attentif, c’est celui du manque de diversité de genre. Voici donc ‘Sybil’ réalisé par Justine Triet avec Virginie Efira, ‘Atlantique’ de la Franco-Sénégalaise Mati Diop, ‘Little Joe’ de l’Autrichienne Jessica Hausner, et ‘Portrait de la jeune fille en feu’ de Céline Sciamma. Bon, on attend encore le jour où l’on cessera de compter, mais vu le talent, personne n’osera qualifier ces entrées de quotas obligatoires.

Des stars, partout, tout le temps

Bill Murray, Tilda Swinton, Adam Driver et Selena Gomez monteront les marches pour le film de zombies ‘The Dead Don’t Die’ de Jim Jarmusch. Antonio Banderas et Penélope Cruz porteront le dernier Almodóvar. Isabelle Huppert, Dakota Fanning, Xavier Dolan, Léa Seydoux, Gaspard Ulliel… Tout est prévu pour nous en mettre plein la vue.

Un jury quatre étoiles

Le jury sera présidé par Alejandro González Iñarritu. Le choix peut sembler évident quand on sait qu’il a cinq Oscars en poche, et qu’on lui doit ‘Babel’, ‘Birdman’ et ‘The Revenant’. C’est pourtant la première fois qu’un artiste mexicain préside le jury! Un clin d’œil à l’excellente santé du septième art dans son pays, où Guillermo Del Toro (‘Shape of Water’) et Alfonso Cuarón (‘Gravity’, ‘Roma’) lui donnent le change. Iñarritu sera bien entouré avec notamment Elle Fanning, Robin Campillo (‘120 Battements par minute’), et Yórgos Lánthimos (‘The Favourite’).

Du cinéma populaire

Pour compenser son lot de films exigeants, le festival s’efforce d’attirer des titres mainstream, comme ‘Rocketman’, le biopic sur Elton John. Ces films font partie de la sélection mais ne concourent pas à la Palme. Cela nous vaudra la présence de Guillaume Canet et Fanny Ardant, réunis par Nicolas Bedos pour son film ‘La belle époque’, ou Vincent Cassel pour ‘Hors Normes’, le dernier Nakache et Toledano (‘Intouchables’). Cerise sur le gâteau, Sylvester Stallone viendra présenter des extraits du cinquième volet de la saga ‘Rambo’. Qui a dit qu’il n’y a que des intellos à Cannes?

Vous avez dit provoc’?

Le festival est le lieu idéal pour pousser un coup de gueule, ou se dire qu’il n’y a pas de mauvaise presse. On se souvient des propos douteux de Lars Von Trier sur Hitler en 2011. Cette année, on mise sur Abdellatif Kechiche, déjà vivement critiqué par son équipe technique pour le tournage chaotique de ‘La vie d’Adèle’, Palme d’or 2013. Il revient cette année avec ‘Mektoub my love: intermezzo’, la suite de ‘Mektoub my love: canto uno’, déjà décrié à Venise pour son regard très langoureux sur le corps des femmes. Bref, ça sent le bad buzz, même si le jeune prodige Xavier Dolan et son égo surdimensionné ne sont pas très loin…

La carioca, enfin en live?

Ce n’est pas un tango ou un cha cha… Pour célébrer les 25 ans de la comédie ‘La cité de la peur’, une pétition rassemblant plus de 37.000 signatures a lancé un défi à Gérard Darmon et Alain Chabat: reproduire la danse mythique de ‘la carioca’ lors de la cérémonie de clôture. Croisons les doigts (… mais ‘juste un doigt’)!

Stanislas Ide

Suivez les aventures de Metro à Cannes dans le journal et sur metrotime.be / instagram @metrobelgique