Alyssa Milano appelle à la grève du sexe pour défendre l’avortement

Rich Fury/Getty Images/AFP

L’actrice de « Charmed » invite toutes les femmes à s’unir dans une grève du sexe pour protester contre une loi qui restreint sévèrement le droit à l’avortement dans l’état de Géorgie.

Alyssa Milano enflamme les réseaux sociaux depuis samedi. Dans un tweet, la comédienne se révolte contre une mesure républicaine qui réduit l’accès à l’interruption volontaire de grossesse : « Tant que nous n’aurons pas un contrôle légal sur notre propre corps, nous ne pouvons tout simplement pas prendre le risque de tomber enceinte », défend l’actrice. « Rejoignez-moi en boycottant le sexe jusqu’à ce que nous retrouvions notre autonomie corporelle. J’appelle à une grève du sexe », ajoute-elle, en lançant le hashtag #SexStrike.

À l’origine de cette initiative, la ratification d’une loi durcissant les conditions d’accès à l’avortement dans l’état américain de Géorgie. Celle-ci interdit l’IVG à partir du moment où les battements de cœur du fœtus sont perceptibles, soit approximativement à six semaines de grossesse. Or, de nombreuses femmes ne savent pas qu’elles sont enceintes à si court terme.

La Géorgie est le 4ème état à adopter cette disposition. Situé au sud-est des États-Unis, il est particulièrement apprécié des studios et producteurs de cinéma pour ses conditions fiscales avantageuses. Alyssa Milano y tourne d’ailleurs actuellement la série Netflix « Insatiable ».

Les acteurs se mobilisent

En mobilisant une cinquantaine d’acteurs, dont Sean Penn, Amy Schumer, Ben Stiller, Christina Applegate et Alec Baldwin, la star s’était déjà lancée dans le combat contre cette loi. Au mois de mars, tous ont signé une lettre ouverte, adressée au gouverneur républicain, l’appelant à reconsidérer son projet de loi, et menaçant au passage de boycotter les tournages en Géorgie.

Ce n’est pas la première fois qu’Alyssa Milano utilise les réseaux sociaux pour défendre les droits des femmes. En 2017, elle a été l’une des activistes à l’initiative du mouvement #MeToo.