Abdication de l’empereur du Japon: Naruhito succède à Akihito sur le trône impérial

125
AFP / T. KITAMURA

Ce mardi 30 avril, l’empereur du Japon Akihito, 85 ans, abdiquera et laissera le trône du Chrysanthème à son fils, le prince héritier Naruhito, 59 ans, après 30 ans de règne.

L’empereur Akihito accomplissait mardi après-midi la principale cérémonie par laquelle il transmet le trône du Chrysanthème à son fils ainé Naruhito, première abdication au Japon depuis plus de deux siècles.

Akihito demeure néanmoins empereur jusqu’à minuit, lorsque le pays entrera dans une nouvelle ère baptisée Reiwa, qui doit s’étendre sur toute la durée du règne de Naruhito.

AFP) / Japan OUT

Une loi d’exception

Né le 23 décembre 1933, Akihito, 125e empereur du Japon, règne depuis janvier 1989 lorsque s’est éteint son père Hirohito. Après plusieurs soucis de santé -de circulation sanguine et artérielle notamment- Akihito avait, en août 2016, donné une allocution exceptionnelle, disant s’inquiéter de ne pouvoir continuer longtemps de remplir « corps et âme » les obligations attenant à sa fonction de « symbole du peuple et de l’unité de la nation ».

Cette déclaration avait été interprétée comme un souhait de laisser de son vivant le trône du Chrysanthème à son fils aîné, Naruhito, ce que ne prévoit pas la législation sur la Maison impériale. Il aura donc fallu élaborer une loi d’exception lui permettant d’abdiquer, un texte qui vaut pour lui mais pas pour ses successeurs. C’est la première abdication impériale dans le pays depuis plus de deux siècles.

Enseigner l’Histoire avec « exactitude »

Akihito est le premier empereur à avoir été intronisé sous la Constitution de 1947, dictée par les Etats-Unis après la défaite du Japon au cours de la Seconde Guerre mondiale. La Loi fondamentale nippone précise que l’empereur est « le symbole de l’Etat et de l’unité du peuple dont la position découle de la volonté populaire, détentrice du pouvoir souverain ». L’empereur n’est doté d’aucun pouvoir politique.

En décembre dernier, dans un discours prononcé à l’occasion de son 85e anniversaire, Akihito a évoqué l’héritage de la Seconde Guerre mondiale et parlé du « nombre incalculable » de vies perdues pendant le conflit mené au nom de son père Hirohito. Il a également souligné l’importance d’enseigner l’Histoire avec « exactitude » à la jeunesse.
Tout au long de son règne, Akihito n’a cessé de faire passer des messages pacifiques, exprimant des remords pour les conséquences de l’expansionnisme du Japon durant la première partie du règne de son père.

Proche du peuple

Naruhito, le nouvel empereur, a fait voeu en février dernier de maintenir la proximité avec le peuple chère à son père Akihito. « A l’image (de l’empereur et de l’impératrice qui s’en vont), je souhaite être toujours proche du peuple et partager ses joies comme ses peines, afin de remplir mon devoir de symbole de l’Etat », a-t-il souligné.

Naruhito a régulièrement prôné un modèle impérial plus ouvert et accessible, un sujet qui lui tient d’autant plus à coeur que son épouse Masako a souffert de la rudesse du protocole.
Il a aussi souligné que le Japon ne devrait pas minimiser les exactions commises par son armée au début du 20e siècle et pendant la Seconde Guerre mondiale, sous le règne de son grand-père Hirohito.

Le nouvel empereur a par ailleurs appelé à la compréhension du public pour son épouse Masako. Cette ancienne brillante diplomate a sombré dans la dépression il y a plus de dix ans et, si elle va mieux, elle est toujours suivie. Le prince Akishino, le plus jeune des deux fils de l’empereur Akihito, deviendra prince héritier lorsque son père abdiquera en faveur de Naruhito.

 

AFP / K. Nogi

Dix jours de congés

Les Japonais commencent ce lundi une période exceptionnellement longue de dix jours de congé. La « Semaine d’or », qui regroupe plusieurs jours fériés nationaux, se voit élargie cette année à une période de 10 jours en raison du passage de relais entre l’empereur Akihito, 85 ans, et son fils, le prince héritier Naruhito, 59 ans, sur le trône du Chrysanthème.