De jeunes journalistes montrent en images les Objectifs de développement durable

Plus de 100 jeunes ont participé au concours photo international Young Reporters for the Environment, organisé en Belgique par GoodPlanet Belgium. Ils ont dégainé leur appareil pour réaliser une campagne ou un reportage photo accrocheur et ainsi attirer l’attention sur les Objectifs de développement durable des Nations unies.

Les photos ont été jugées par le photographe belge Dieter Telemans, récemment récompensé par un Nikon Photo Press Award 2019, et par Stéfanne Prijot, reporter et photographe dont le travail se concentre sur le développement durable. Ils ont sélectionné une photo par catégorie.

Les gagnants belges sont aujourd’hui en course dans la compétition internationale, à laquelle des jeunes de 35 pays, des Pays-Bas à la Nouvelle-Zélande, participent. Le 5 juin, Journée mondiale de l’environnement, les lauréats internationaux seront annoncés.

Ensemble, faisons de notre planète une ’GoodPlanet’. GoodPlanet Belgium inspire et encourage toutes les générations à vivre durablement.

Gagnant de la catégorie ‘campagne photo’

Wiebe Cloet, Jens Beukens, Tatiana Devlieger, Arne Goossens et Naomi Salalila du GO! Atheneum Nieuwpoort ont présenté de façon ludique une réflexion sur le réchauffement climatique.

The climate can change, but can we? (Le climat peut changer, mais, nous, le pouvons-nous?)

« Les hivers ne sont plus des hivers. Nous posons en maillot de bain dans une piscine polluée, avec des camarades qui ne sont pas alarmés par ces problèmes. Nous crions tout haut et fort que le climat va se détériorer, mais nous, sommes-nous prêts à changer notre comportement? Pour beaucoup d’entre nous, c’est un pas de trop et ce problème commun en devient alors uniquement le problème des politiciens et non plus aussi des citoyens. »

Gagnant de la catégorie ‘reportage photo’

Fien Schouckens et Hanne Wijnants de l’Institut Sint-Tarcisius de Zoutleeuw attirent l’attention sur la qualité de l’éducation, l’égalité des sexes et la lutte contre la pauvreté.

«La première ligne»

« Quelle joie quand Anab finit de tricoter sa première ligne sans saut de maille! Chantal lève fièrement les bras en l’air, heureuse de le lui avoir appris. Chaque semaine, des bénévoles se rendent à la Maison du Monde pour tricoter, crocheter et coudre avec des femmes étrangères et des réfugiées. Ici, seul le néerlandais est parlé. Anab est venue aujourd’hui pour la première fois. Il y a trois ans, elle a fui la Somalie pour échapper au terrorisme. Elle a perdu son mari et son fils et vit maintenant avec ses trois autres enfants en Belgique. Trouver un bon emploi est difficile pour ceux qui ne parlent pas correctement le néerlandais. De plus, Anab n’a reçu qu’une éducation limitée en Somalie. »

 

La Foundation for Environmental Education confie à GoodPlanet Belgium la coordination du concours Young Reporters for the Environment en Belgique.