Anvers va interdire la promotion et l’offre de services sexuels non protégés

121
Belga / H. Vergult

Dès le mois de septembre prochain, un nouveau règlement de police relatif aux activités de prostitution entrera en vigueur à la Ville d’Anvers dans l’optique de mieux définir et répertorier les services sexuels offerts en dehors de la zone de tolérance.

Le règlement interdira de manière explicite la promotion et la prestation de relations sexuelles non protégées. Ce nouveau règlement fait suite à l’augmentation de la demande pour des rapports sexuels non protégés, qui a dernièrement été constatée par la police et plusieurs organisations humanitaires. La demande accrue de ce type de rapports entraîne une augmentation de l’offre, qui accroît à son tour le risque de maladies et d’infections sexuellement transmissibles pour la population. La Ville d’Anvers a donc décidé d’en interdire purement et simplement la promotion et l’offre.

Nouvelle réglementation

Par ailleurs, pour tous les services sexuels, la nouvelle réglementation stipulera les conditions auxquelles doit se soumettre l’exploitant, tant en termes de sécurité que d’hygiène. La police souhaite également avoir une meilleure vision de qui travaille au sein des salons de prostitution et dans quelles conditions afin de lutter contre l’exploitation et le trafic d’êtres humains.

La description des nuisances et des troubles de l’ordre public feront également l’objet d’une modification dans le règlement afférent à la prostitution. Ainsi, à partir du mois de septembre, les faits suivants seront notamment catalogués comme tels: des clients qui traînent dans les environs immédiats des établissements, qui s’adressent ou attirent des passants, empêchent le passage dans la rue, échangent de l’argent ou négocient des prix sur la voie publique…