À la recherche de la plus belle prairie de Wallonie

Face à l’intensification de l’agriculture et à la perte de biodiversité liée, Natagora met en place un projet pour apprendre à mieux comprendre les agriculteurs et à les reconnecter à la nature. Dans ce cadre, l’association lance un concours pour récompenser la plus belle prairie de Wallonie.

La situation agricole actuelle comporte quelques paradoxes. La biodiversité des milieux agricoles est en chute libre. 50% des haies ont été arrachées en Wallonie depuis 1950, 99% des vergers hautes-tiges ont disparu, les effectifs d’hirondelles ont chuté de 50%, ceux du moineau friquet de 88%. Mais en même temps, depuis les débuts de l’intensification agricole, jamais l’agriculture durable ne s’est portée aussi bien. La consommation et la production de produits de qualité explosent et les alternatives innovantes se mettent en place à grande échelle: agriculture biologique, agroécologie, biodynamie, autonomie alimentaire…

Natagora, la FUGEA et Natagriwal ont donc choisi de mettre en valeur et de récompenser l’élevage extensif, particulièrement utile à la biodiversité. Ensemble, ils viennent d’ouvrir les participations au concours «Qu’elle est belle ma prairie». Qu’est-ce qui caractérise une prairie? Sa flore? Sa situation? La qualité de son sol? Ce sont surtout les pratiques mises en place par l’agriculteur qui ont fait ce qu’elle est aujourd’hui. Il est temps de récompenser les agriculteurs qui valorisent au mieux leurs prairies tout en préservant l’environnement et la biodiversité. Dix lauréats seront choisis et départagés par un jury professionnel.

Une conscientisation en marche

Ph. X. Janssen

Joëlle Huysecom, directrice conservation chez Natagora: «Cette petite sélection d’agriculteurs est représentative d’une prise de conscience progressive du monde agricole. Une terre vivante et une riche biodiversité font partie intégrante des exploitations. La faune et la flore sont exceptionnelles sur ces prairies. On y retrouve des orchidées, des papillons rares, des oiseaux menacés et une multitude d’insectes pollinisateurs.»

La plupart des agriculteurs qui participent produisent assez naturellement, avec tous les avantages que cela représente. Plusieurs vendent leurs produits à la ferme ou en circuits courts et peuvent compter sur la confiance de leurs clients locaux. Pour gérer ces prairies riches en biodiversité, tous les types de bétail sont utilisés: vaches, moutons, chèvres, ânes, chevaux…

Le concours s’inscrit dans le cadre plus large du projet #Reconnect, porté par Natagora. Le système agricole actuel pose problème. Il a criblé de dettes la plupart des exploitants et les a privés de leur liberté d’action. L’agriculteur, autrefois valorisé pour nourrir ses semblables, est aujourd’hui pris en otage par l’agrobusiness, et accusé de tous les maux. Or, de nombreux paysans mettent en place des alternatives, tendent à revenir à l’autonomie fourragère, à limiter les intrants chimiques, à recomposer les éléments paysagers. Pour Natagora, il faut soutenir ces agriculteurs et, à leurs côtés, combattre un système agricole périmé.

#Reconnect: au boulot!

Des solutions existent, et elles commencent à être mises en place sur le territoire wallon. Natagora a donc décidé de lancer le projet #Reconnect, qui veut offrir un autre regard sur le métier d’agriculteur. Plusieurs événements vont permettre de créer un dialogue entre les agriculteurs, les naturalistes et le grand public. Aujourd’hui, plus que jamais, agriculture et nature doivent redevenir deux concepts non plus complémentaires mais réellement indissociables. La sauvegarde de la biodiversité offre de nouveaux débouchés aux agriculteurs. Et une agriculture respectueuse offre à la biodiversité de nouveaux espaces pour se redéployer.

C’est dans ce cadre que s’inscrit le concours «Qu’elle est belle ma prairie». Les gagnants seront annoncés à la foire de Libramont, sur le stand de Natagora. Une belle occasion de mélanger les points de vue des agriculteurs et des naturalistes.

Benjamin Legrain

Pour s’inscrire au concours et découvrir le projet: www.natagora.be/reconnect