[Jeu vidéo] Que vaut Assassin’s Creed III Remastered ?

227

Six ans et demi après sa sortie, Assassin’s Creed III s’offre un cure de jouvence et débarque sur Xbox One, PS4 et PC dans une version remastérisée. Portage à la hauteur de la saga ou titre loin d’être indispensable ? On vous dit tout !

Sorti en octobre 2012, sur PS3, Xbox 360, Wii U et PC, le troisième opus de la saga Assassin’s Creed emmenait les joueurs pour la première sur le continent américain, au cœur de la révolution de la fin du 18e siècle. Cet opus avait également la particularité d’introduire les batailles navales dans la saga. Six ans et demi plus tard, Connor est de retour dans Assassin’s Creed III Remastered. Le jeu a bénéficié d’un joli travail sur les textures, les décors et les personnages avec des graphismes en 4K.

Un portage correct du troisième épisode de la saga

Si les graphismes ont bel et bien été améliorés, le jeu n’est pas exempt de bugs. Si vous aviez loupé cet épisode sur la génération précédente et que vous aimez la saga, ce remaster est une bonne occasion pour découvrir Assassin’s Creed III. Et si Connor est sans doute le héros le moins charismatique de tous les Assassin’s Creed, le voyage proposé à travers les Etats-Unis en 1785 est dépaysant. A noter que le jeu est également accompagné de tous ses DLC solo, notamment La Tyrannie du roi Washington.

Assassin’s Creed Liberation, la bonne surprise

Mais ce que le titre du jeu n’indique pas, c’est qu’il contient aussi Assassin’s Creed Liberation HD. Cet opus est sans doute le moins connu de la saga. Il était initialement sorti sur la PS Vita et avait déjà bénéficié d’un portage HD en 2014. Pour nous, la découverte a été totale et la surprise très agréable.

Toujours au milieu du 18e siècle, on y incarne Aveline de Granpré, fille d’une esclave africaine et d’un riche marchand français, dans une Nouvelle-Orléans sous domination espagnole.  La qualité des graphismes est bluffante et cet opus est vraiment une découverte intéressante. Tout au long de l’aventure, on doit alterner entre plusieurs versions d’Aveline. Selon les missions, il faut lui donner son apparence d’esclave, de noble ou d’assassins. Chaque déguisement ayant des aptitudes et des capacités différentes.

La question du prix

Il existe deux façons de se procurer Assassin’s Creed III Remastered. Soit vous disposez du Season Pass d’Assassin’s Creed Odyssey et vous pourrez le télécharger « gratuitement ». Soit vous l’achetez en tant que jeu à part entière, en téléchargement ou en version « boîte », et il vous en coûtera 40 €. À l’heure où Assassin’s Creed : Ezio Collection (qui regroupe trois jeux remastérisés) est disponible pour 20 € et que les excellents Assassin’s Creed Odyssey et Origin’s se trouvent pour une trentaine d’euros, on se demande qui va être prêt à payer un tel tarif pour cette compilation. Par contre, pour les possesseurs du Season Pass d’Odyssey, c’est une excellente opportunité de (re)découvrir ces deux jeux durant cette période où les sorties sont un peu plus rares.

En conclusion

Au-delà son prix, excessif en dehors du Season Pass d’Assassin’s Creed Odyssey, Assassin’s Creed III Remastered est un bon portage. S’il n’est pas indispensable pour celles et ceux qui ont déjà terminé le troisième opus de la saga il y a presque sept ans, pour les autres, c’est une excellente occasion de le découvrir. Mention spéciale pour Assassin’s Creed Liberation HD également inclus dans ce remaster et dont l’histoire et l’héroïne nous ont conquis !

REVIEW OVERVIEW
Assassin’s Creed III Remastered