Un défenseur des droits des personnes handicapées en colère contre Facebook

132
Ph. D.R.

La page d’un défenseur des droits des personnes handicapées a été partiellement bloquée par Facebook. Le réseau social lui reproche une photo « troublante » d’une amie invalide.

La photo qui n’a pas plu à Facebook montre Vicky Balch, alors âgée de 21 ans, posant nue et mettant en avant sa jambe amputée. Elle a été publiée par Simon Sansome, qui dirige le groupe de campagne Ability Access. Elle a été victimes de l’accident d’un manège en 2015. Cela lui a causé des blessures si graves que les médecins ont dû amputer une partie sa jambe. Une fois soignée, elle s’est exprimée à plusieurs reprises en public sur ses problèmes de confiance et a réalisé plusieurs séances de photos pour l’aider à les surmonter. Elle explique ce processus dans cette vidéo.

Simon Sansome, lui, a subi des lésions à la colonne vertébrale après un accident de rugby il y a quatre ans. Il est lui-même désormais un fauteuil roulant, et a lancé une page pour sensibiliser à la question du handicap et de l’accessibilité aux personnes invalides. Récemment, il a reçu un appel de l’équipe marketing de Facebook au sujet des images de Vichy Balch. L’opérateur lui aurait dit: « Tout ce qui dérange n’est pas autorisé sur Facebook. Vous devez comprendre que certaines personnes trouvent cela troublant de voir des photos de personnes handicapées. » La page a été temporairement bloquée suite à cet appel.

‪@facebook was forced to apologise for blocking Ability Access FB Page as it was caught in a recording saying…

Posted by Ability Access on Wednesday, April 10, 2019

« Cela n’aurait pas dû être dit »

Simon Sansome déplore vivement le point de vue des censeurs de Facebook. « Facebook vient de sortir cette photo de l’obscurité en disant que c’était du contenu pour adultes, mais ce n’est pas ça, ça donne le pouvoir aux gens. Il n’y a rien de louche ou d’horrible dans ma page. C’est une plate-forme d’information. »

Surtout, Simon Sansome qualifie de choquant les propos tenus par l’employé de Facebook. Un porte-parole du réseau social s’est plus ou moins excusé sur la BBC. « Ce qui a été dit à M. Sansome est inexact et n’aurait pas dû être dit », a-t-il reconnu, promettant que de nouvelles consignes seront données aux équipes en charge de surveiller la moralité des publications. Il a toutefois invité Simon Sansome à supprimer cette image.