Ceux qui vont au travail à vélo sont moins souvent absents

498
BELGA PHOTO SISKA GREMMELPREZ

Les employés qui se rendent à vélo au travail sont moins souvent absents pour raison médicale que les travailleurs qui n’utilisent jamais de bicyclette, affirme vendredi Attentia.

« L’absentéisme diminue, dans tous les groupes d’âges, chez les individus qui font régulièrement du vélo », constate le groupe spécialisé dans les ressources humaines, qui a sondé quelque 120.000 travailleurs.

Une différence flagrante

Pour ce qui est des absences médicales de courte durée, on note déjà une différence entre les collaborateurs qui font du vélo de un à trois mois par an et ceux qui n’en font jamais. Chez les trentenaires du premier groupe, 3,32% sont malades sur une brève période alors qu’ils sont 3,77% au sein du second groupe. La différence est « flagrante chez les inconditionnels de la bicyclette qui l’utilisent plus de six mois par an ». Dans ce groupe, l’absentéisme pour cause de maladie n’atteint que 2,74%.

Quand on évoque une absence de longue durée, 1,09% des trentenaires sans vélo sont concernés tandis que seulement 0,10% des cyclistes les plus zélés sont hors jeu pour une longue période.

Le vélo a le vent en poupe

Le vélo, comme moyen de transport domicile-travail, a le vent en poupe. En 2015, environ 6,5% des collaborateurs optaient pour le vélo. En 2018, ce chiffre était déjà passé à 9,1%. Selon Attentia, le cap des 10% pourrait être franchi en 2019. La distance entre la maison et le lieu de travail joue évidemment un rôle. « Environ 20% des collaborateurs qui habitent à proximité de leur lieu de travail optent résolument pour le vélo. » « Il devient dès lors intéressant d’opter pour le vélo, tant d’un point de vue fiscal (exonération fiscale) que para-fiscal (exonération des contributions à l’ONSS) », pointe le groupe RH.

« Utiliser le vélo est fiscalement plus avantageux pour les collaborateurs: c’est bon pour leur santé tandis que les employeurs en tirent eux parti puisque les salariés tombent moins souvent malade », conclut Attentia.