Les hommes transgenres gardent des ovaires fonctionnels après un an de testostérone

Istock

Les hommes transgenres semblent conserver leurs fonctions ovariennes après un an de traitement d’hormones de testostérone, préservant leurs capacités reproductives, selon une petite étude israélienne présentée samedi aux Etats-Unis.

Les hommes transgenres sont des personnes nées de sexe féminin et qui s’identifient au masculin. Tous ne subissent pas d’opérations chirurgicales, mais beaucoup prennent des hormones pour viriliser leur apparence physique. Des médecins du centre médical pour personnes transgenres de l’hôpital Sourasky de Tel Aviv ont suivi 52 hommes transgenres de 17 à 40 ans pendant un an d’injections de testostérone. Les résultats complets étaient disponibles pour 32 d’entre eux. C’est un petit échantillon, mais les études de ce genre sont rares.

Le niveau d’hormone anti-müllérienne (AMH) a baissé pendant les 12 mois de traitement, mais est resté à un niveau considéré comme normal pour la fertilité, ont observé les chercheurs, qui présentaient leurs résultats à la conférence annuelle de la Société américaine d’endocrinologie à La Nouvelle-Orléans.

Le niveau de cette hormone est un indicateur de la réserve ovarienne, c’est-à-dire du nombre restant d’ovocytes. Il est passé de 5,65 à 4,89 nanogrammes par millilitre, ce qui est considéré par les chercheurs comme minimal. « Nos travaux montrent pour la première fois qu’après un an de traitement de testostérone, la fonction ovarienne est conservée à un degré qui permet la reproduction » , a déclaré Yona Greenman, de l’hôpital Sourasky, dans un communiqué.