Theresa May va demander un court report du Brexit

59
AFP Photo

La Première ministre britannique Theresa May «ne va pas demander un long report» de la date du Brexit à l’UE, actuellement fixée au 29 mars, a affirmé mercredi la BBC, citant une source proche du gouvernement.

«La Première ministre ne va pas demander un long report. Il est justifié de donner un peu plus de temps au parlement pour s’accorder sur une solution», a déclaré une source à Downing Street à la BBC.

Mardi, le porte-parole de Theresa May avait indiqué que la dirigeante conservatrice allait «écrire à Donald Tusk, le président du Conseil européen (…) au sujet d’une extension de l’article 50» du traité sur l’Union européenne, en vertu duquel la date du 29 mars a été fixée pour le Brexit. En l’absence de report, le scénario par défaut est celui d’un divorce brutal entre Londres et l’UE, l’accord de retrait conclu entre les négociateurs britanniques et européens ayant été rejeté à deux reprises par le Parlement britannique.

Le gouvernement britannique peut solliciter un court report de la date du Brexit, jusqu’en juin, pour tenter d’éviter un divorce sans accord tout en évitant de faire participer le Royaume-Uni aux élections du nouveau Parlement européen, qui siégera à partir de juillet. Si Londres sollicite un report au delà du mois de juin, le pays devra participer aux élections européennes, organisées au mois de mai. Bruxelles a par ailleurs annoncé qu’un report devrait être dûment justifié.

Dans tous les cas, un changement de date devra être accepté à l’unanimité des 27 pays de l’UE et approuvé par les deux chambres du Parlement britannique. Le négociateur en chef de l’Union, Michel Barnier a souligné mardi qu’ « une extension, c’est une prolongation de l’incertitude » , et que celle-ci aurait donc «un coût politique et économique».