Elections 2019: Le cdH veut restaurer la confiance des citoyens envers l’Etat

Belga / Nicolas Maeterlinck

Les fonctions régaliennes de l’Etat étaient samedi au coeur d’un congrès organisé à Bruxelles par le cdH. « Ces thématiques sont plus actuelles que jamais », a souligné son président, Maxime Prévot, tout en déplorant le « piètre bilan » du gouvernement fédéral en la matière.

Nombre insuffisant de policiers sur le terrain pour garantir la sécurité, manque structurel de moyens pour assurer les missions de la Justice, incapacité à gérer humainement les flux migratoires ou encore faiblesse de la Belgique sur la scène internationale sont quelques exemples de la fragilisation des fonctions régaliennes aux yeux du cdH.

D’après les humanistes, il est nécessaire d’agir afin de restaurer la confiance des citoyens envers l’Etat. Quelques centaines de militants et d’élus ont dès lors partagé leurs idées samedi pour atteindre cet objectif.

Lors du discours de clôture de l’événement, Maxime Prévot a estimé qu’investir dans les missions régaliennes constituait un véritable « choix social, un choix d’équité et un choix d’humanité ».

Une justice refinancée

Le leader des humanistes a ensuite avancé plusieurs pistes concrètes envisagées par son parti. Selon lui, la situation de la Justice est particulièrement préoccupante. « Les cadres de la magistrature ne sont tout simplement pas remplis, ce qui conduit la Justice à ne plus poursuivre certaines infractions. Or, l’impunité, c’est la fin de l’Etat de droit », a-t-il lancé.

Pour répondre aux problèmes de fonctionnement dans ce secteur, il propose notamment « un refinancement d’un demi-milliard d’euros sur la législature à venir ». Dans une interview accordée à la Libre, il en fait même une condition pour une participation gouvernementale de son parti après les élections.

La police, qui fait elle aussi face à des pénuries de personnel, doit également être renforcée. A cette fin, le cdH préconise un « recrutement minimal de 1.400 policiers temps-plein par an », comme l’avait fait Joëlle Milquet lors de la précédente législature. Maxime Prévot suggère en outre de poursuivre les efforts pour alléger la charge administrative du travail des forces de l’ordre.

Sur la scène internationale, il plaide enfin pour une relance du projet européen, « nécessaire pour peser sur la marche du monde ». Le président des humanistes évoque entre autres un renforcement des capacités militaires au niveau de l’UE, une mutualisation des moyens pour la lutte contre le terrorisme, ou encore un « surcroît d’Europe » pour apporter une réponse humaine aux migrations.

« Le citoyen a besoin de confiance. Il a besoin d’avoir cette assurance contre l’injustice, contre la violence, contre les conséquences dommageables de la modification des équilibres mondiaux. (…) Lui garantir la justice, la sécurité et la capacité de peser collectivement sur la scène internationale, c’est la base », a martelé M. Prévot.

« Pour pouvoir entreprendre un monde plus humain et si nous voulons éviter demain des réponses sécuritaires et liberticides, c’est maintenant qu’il faut prendre des mesures. Avec courage, avec audace et détermination », a-t-il conclu.