Les tendances écologiques de l’habitat 2019

108

Après la fermeture de l’édition 2019 de Batibouw, le plus grand salon belge de la Construction, de la Rénovation et de l’Aménagement intérieur, de nombreuses opportunités s’offrent à ceux qui souhaitent se tourner vers un projet d’habitat plus «vert». Cette année, sept tendances écologiques se démarquent comme le dévoilent d’ailleurs Batibouw et Edenred, à l’origine des écochèques, en collaboration avec Jan Jughmans (directeur de FISA – spécialiste de l’organisation de salon B2B et B2C).

Penser Smart Building

Qui dit «smart building», dit construction intelligente. Que ce soit en termes d’impact énergétique, de durabilité, d’efficacité ou d’économie, il s’agit d’un projet pensé de manière plus consciente et respectueuse de l’environnement. Tout comme dans une idée d’économie circulaire, où les matériaux sont réutilisés et revalorisés, il est possible de se tourner vers la construction circulaire qui s’inscrit dans une optique de revalorisation des matières premières afin d’en optimiser leur valeur.

Un toit plus vert

Alors que plus de la moitié de la population habite aujourd’hui en ville, nombreux sont ceux qui n’ont que très rarement l’occasion de profiter d’un espace jardin chez soi. Et pourtant, depuis peu, de nombreux coins verts, et jardins, envahissent les toits et les murs des grandes villes. Une tendance qui permet, certes, de faire pousser des fruits et des légumes, mais propose également d’autres avantages en termes d’isolation thermique, acoustique et durée de vie du toit.

Ph. Pexels

Partager un espace vert

Autre alternative aux espaces verts sur les toits: les jardins partagés. Outre le côté écologique de cultiver ses propres produits, il permet de partager, en communauté, un endroit de verdure situé à proximité de son habitat. Ils sont d’ailleurs plus faciles à aménager et à entretenir par les autorités locales.

Une isolation extérieure

L’isolation reste une chose essentielle en termes d’économie d’énergie sur le long terme. Lors de la construction d’une maison, il est primordial de se pencher sur l’isolation extérieure de votre bien avant de vous lancer dans le choix d’un système de chauffage éco-énergétique. L’entreprise Sto, expert en système d’isolation de façade, rappelle d’ailleurs que 25% de la chaleur se perd au travers des murs extérieurs.

Les matières nobles

Une maison verte fait la part belle aux matières nobles. Du coup, de nombreuses matières telles que le lin, le chanvre, le bambou, le rotin, le jute ou le feutre refont surface dans notre intérieur. Outre l’aspect esthétique, ces matériaux s’inscrivent dans l’idée d’une construction circulaire par leur revalorisation. C’est le cas d’un revêtement de sol en liège qui peut continuer sa vie sous forme d’isolant. Néanmoins, les matériaux de construction traditionnels, achetés à partir d’une production locale ou économe en énergie, peuvent également être écologiques. Les labels Natureplus, FSC ou certifiés PEFC permettent de se procurer également un bois durable.

Une couleur bien pensée

Outre la tendance «jungle» de la décoration d’intérieur, une autre manière écologique de penser sa maison réside également dans le choix de la couleur des murs. En blanc ou en beige, ces derniers réfléchiront plus facilement la lumière du soleil et permettront de réchauffer vos intérieurs.

Ph. Pexels

Habitats communautaires

Très prisés des jeunes actifs désireux d’investir en ville, les habitats communautaires séduisent de plus en plus. Financièrement abordable, cette nouvelle manière de vivre en communauté se développe également à la campagne. C’est à travers le système des Community Land Trusts, que ces derniers vont acquérir les terrains qui seront gérés comme un bien communautaire et dont les recettes seront distribuées à ceux qui y habitent.

Laura Sengler