Du cinéma bis à la musique classique, faites le plein de culture

119
"L'Heure de la sortie" à l'Offscreen Festival

Entre la langue française en fête, la découverte de l’Art Nouveau à Bruxelles, le festival du cinéma bis, le Klarafestival ou des salons d’art et de design, il y aura de quoi faire pour les amoureux de culture dans les prochains jours. 

Une langue graphique en fête

Photo Pexels

La langue française en fête déroulera un programme d’activités du 16 au 24 mars autour du caractère vivant de la langue de Molière.

Pour cette édition placée sous le slogan « Dis-moi dix mots sous toutes les formes » une myriade d’activités seront organisées dans diverses communes de Wallonie et de Bruxelles. La thématique commune pour 2019 est l’expression graphique. Parmi les 10 mots choisis, on retrouve notamment « gribouillis », « phylactère » ou encore « rébus ». L’objectif de l’événement est de rappeler que la langue française « est faite pour le citoyen et non le citoyen pour la langue ».

« La langue est un outil vivant et doit le rester », souligne la Direction de la langue française. « Le français a la capacité de s’adapter à d’autres réalités. Et le moyen d’y parvenir concrètement est de jouer avec les mots, de mettre à l’honneur la créativité linguistique, de se décomplexer quel que soit le niveau de chacun. »

Outre des itinéraires pédagogiques à destination du monde scolaire, des formateurs ou encore des opérateurs culturels, l’événement proposera nombre d’activités un peu partout en Fédération Wallonie-Bruxelles. Des soirées littéraires, des expositions, des ateliers de poésie et d’écriture, des spectacles d’improvisation et de théâtre, des concerts, des séances de cinéma, etc. seront autant d’occasion de faire vivre le français.

Déco Art Nouveau

 

Photo Facebook

L’édition 2019 du Brussels Art nouveau & Art déco festival se tiendra tous les week-ends, du 16 au 31 mars, en différents lieux d’exception à Bruxelles. Le programme mêle visites guidées d’intérieurs habituellement fermés au public, conférences, événements, activités pour les familles ou encore une foire aux objets d’époque.

Une quarantaine de maisons emblématiques de l’art nouveau et de l’art déco ouvriront leurs portes afin d’initier le grand public à ces courants d’architecture. Les Maisons Vizzavona à Ixelles, Seeldrayers à Saint-Gilles, Boelens à Forest, Delville à Uccle, De Boelpaepe à Berchem-Sainte-Agathe, et Saint-Cyr dans le quartier des Squares participeront pour la première fois cette année au festival.

Le parcours permettra de retrouver certaines des constructions les plus célèbres d’Horta, mais aussi d’autres lieux exceptionnels comme la Maison Autrique, le bureau et l’hôtel van Eetvelde, ou l’Eglise Saint-Jean Baptiste, pour ne citer qu’eux.

Collectible ou affordable ?

Photo Facebook

Deux salons pour les amateurs d’art sont à découvrir actuellement à Bruxelles. Après le succès de sa première édition, Collectible, un événement exclusivement consacré au design contemporain de collection du 21e siècle, a réinvestit cette année encore l’Espace Vanderborght à Bruxelles, jusqu’au 17 mars. Collectible réunit principalement des galeries et des designers internationaux, de même que des musées, des institutions, des magazines et des éditeurs.

Par ailleurs, l’Affordable Art Fair est également de retour à Tour & Taxis, jusqu’au 17 mars. Un rendez-vous incontournable pour les amateurs d’art contemporain qui ne veulent pas débourser des fortunes.

Le festival de l’autre cinéma

« Relaxer »

Le 12e Offscreen Film Festival s’est ouvert au cinéma Nova pour trois semaines d’avant-premières, de rétrospectives et d’hommages, de films cultes ou kitsch, de colloques et de rencontres. Trois thématiques sont au programme et sans détour. Une première, « Game On! » est une exploration des liens incestueux entre cinéma et jeux vidéo. Dans la seconde, « Death on Film », toute la gamme des représentations de la mort au cinéma seront abordées. Enfin, la troisième rétrospective sera un hommage à l’actrice, réalisatrice et productrice Roberta Findlay qui a produit une collection de films Grindhouse des années ‘60 à ’80.

Le Klara contre le mal

Photo Klarafestival

Bien plus que de la musique classique, le Klarafestival s’articule autour d’un thème d’actualité socialement pertinent. Cette année, c’est le mythe de Faust qui est mis en valeur, « un personnage qui vend son corps et son âme au Diable en échange de la connaissance et de la jouissance sans limite pour ensuite prendre conscience de son acte et implorer le pardon », expliquent les organisateurs.

C’est donc sous le signe de la rédemption et du combat du bien contre le mal qui s’articulera, jusqu’au 29 mars, un festival durant lequel on pourra écouter des œuvres religieuses et laïques suscitant la réflexion sur les dilemmes moraux et sur le pardon.