Fusillades à Christchurch : Un «terroriste extrémiste de droite» a tué une quarantaine de personnes, dont des enfants

177
TV New Zealand
Le tireur qui a fait plusieurs morts vendredi dans une mosquée de Christchurch, à l’est de la Nouvelle-Zélande, est un «terroriste australien extrémiste de droite et violent», a déclaré le Premier ministre australien Scott Morrison.

Les fusillades dans deux mosquées de Christchurch sont l’oeuvre d’un «terroriste extrémiste de droite, violent», a-t-il ajouté, expliquant que l’enquête était aux mains des autorités néo-zélandaises.

Scott Morrison a confirmé les informations de presse selon lesquelles l’assaillant était un citoyen australien, sans donner plus de détails sur son identité. Les services de sécurité australiens se penchent sur les liens possibles entre l’Australie et cette attaque, a-t-il précisé en offrant tout son soutien à la Nouvelle-Zélande. «Nous ne sommes pas seulement des alliés, nous ne sommes pas juste des partenaires nous sommes une famille», a-t-il souligné.

Laurent FIEVET / TV

La police de Nouvelle-Zélande a indiqué avoir arrêté trois hommes et une femme après les attaques contre deux mosquées de Christchurch, mais n’a pas précisé leur identité.

La Nouvelle-Zélande «représente la diversité»

Laurent FIEVET / TV New Zealand

Quarante personnes ont été tuées et au moins 20 grièvement blessées vendredi lors de deux attaques dans des mosquées de Christchurch en Nouvelle-Zélande, a annoncé la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern.

La Nouvelle-Zélande a été attaquée, car elle «représente la diversité», a poursuivi la Première ministre. Les assaillants de Christchurch n’étaient pas sous surveillance, a-t-elle encore précisé.

«Nombre de ceux qui ont été directement touchés par cette fusillade pourraient être des migrants, ce pourrait même être des réfugiés», a ajouté Mme Ardern. «Ils ont choisi de faire de la Nouvelle-Zélande leur pays, et c’est leur pays. Ils sont nous. La personne qui a commis cette violence à notre encontre ne l’est pas. Mes pensées, et je suis sûre celles de tous les Néo-Zélandais, vont à ceux qui ont été touchés et à leurs familles», a-t-elle conclu.

La Nouvelle-Zélande a relevé son niveau d’alerte.