Des milliers de Vénézuéliens entrent en Colombie via un couloir humanitaire

78
AFP / Y. Cortez

Plus de 5.000 Vénézuéliens sont passés hier en Colombie, via un «couloir humanitaire» ouvert provisoirement par les autorités de Caracas. Cette ouverture intervient après plus de deux semaines de fermeture de la frontière.

L’ouverture de la frontière «a permis à plus de 3.300 mineurs vénézuéliens de retourner en classe et à un peu plus de 1.800 adultes de pouvoir entrer en Colombie pour y recevoir des soins médicaux», a affirmé Migracion Colombia, l’entité chargée des migrations en Colombie. Son directeur, Christian Krüger, a plaidé pour que l’ouverture du passage soit maintenue «dans les prochains jours et que la dictature de Nicolás Maduro comprenne que la fermeture de la frontière n’engendre que l’illégalité».

L’armée vénézuélienne a de nouveau autorisé le franchissement de trois ponts frontaliers reliant le Venezuela au département colombien de Norte de Santander. «Pour nous, c’est important que le couloir humanitaire soit de nouveau ouvert, parce que nous dépendons de la Colombie pour les études, pour la nourriture. Les enfants sont restés tellement de jours sans pouvoir aller en classe; les plus contents ce sont eux», affirme Maria Libreros, l’une des personnes ayant pu passer en Colombie.

Les points de franchissement de la frontière avaient été fermés fin février par le gouvernement de Nicolas Maduro, à la veille d’un méga concert organisé à Cucuta, en Colombie, pour soutenir le passage d’une aide humanitaire finalement restée bloquée. L’opposant vénézuélien Juan Guaido, reconnu président par interim par quelque 50 pays, y avait assisté. Pendant la fermeture de la frontière, des milliers de Vénézuéliens et de Colombiens frontaliers ont utilisé de dangereux chemins de contrebande.