Réforme de l’État en 2024: la N-VA ne veut pas attendre dix ans

71

« Too little, too late », a réagi Jan Jambon (N-VA) au plaidoyer du CD&V pour une nouvelle réforme de l’État en 2024. « Le CD&V reconnaît que le transfert de compétences a apporté davantage de bien-être en Flandre. Pourquoi dès lors attendre dix ans pour en créer davantage? « , s’est-il interrogé lundi. « Réformer le pays se fera ensemble. Pas sur une île flamande », a de son côté tweeté Kristof Calvo (Groen). Pour la N-VA, les manquements au système fédéral doivent être pris à bras le corps dès aujourd’hui, sans attendre la prochaine législature pour préparer une réforme de l’État qui ne pourrait dès lors être appliquée que lors de la législature suivante.

Le confédéralisme ne conduira pas à l’ingérabilité du pays mais la résoudra, a répété Jan Jambon en appelant à ce que l’article 195 de la Constitution soit ouvert à révision. Cet article, qui fixe la procédure de révision de la Constitution, doit être adapté de manière à ce qu’un parlement élu puisse mener les réformes qu’il estime nécessaires.

Sur Twitter, le parlementaire Groen Kristof Calvo a de son côté estimé qu’une réforme de l’État se ferait « ensemble et pas sur une île flamande ». Pour les écologistes, le confédéralisme à la sauce du CD&V et de la N-VA ne conduirait en effet qu’à davantage de blocage.

Source: Belga