Journée des droits des femmes: Ces chiffres qui choquent

GABRIEL BOUYS / AFP

En cette journée du 8 mars, les femmes sont appelées à faire grève afin de dénoncer le trop grand nombre de discriminations dont elles sont encore victimes en Belgique et dans le monde. Inégalités, violences, droits bafoués… la journée internationale des droits des femmes rappelle que la situation est encore trop préoccupante à l’heure actuelle, comme le prouvent ces chiffres.

7,6%

C’est le pourcentage en moins de salaire, et par heure de travail, que touchent les femmes par rapport aux hommes, selon les derniers chiffres du Forem. Une différence qui s’élève à 16,2% en Europe, comme l’indiquait la Commission européenne en octobre dernier. L’écart salarial fait que, concrètement, les femmes ont travaillé gratuitement du 3 novembre 2018 au 31 décembre 2018.

12 millions

C’est le nombre de jeunes filles mineures mariées de force chaque année dans le monde, selon l’Unicef. Aujourd’hui, 650 millions de femmes, actuellement en vie, ont été mariées pendant leur enfance. Sans progrès de ce côté, il pourrait y avoir plus de 150 millions d’autres filles mariées de force avant leur majorité d’ici 2030.

GABRIEL BOUYS / AFP

818

C’est le nombre de signalements pour discrimination de genre reçus par l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes en Belgique en 2018. Les plus rapportées sont les discriminations directes en raison du sexe et de la maternité, dont les femmes sont les principales victimes. Le nombre de signalements a d’ailleurs plus que doublé en cinq ans.

Ph. Unsplash

39,3%

C’est la part de femmes élues au niveau fédéral en 2014 (41.05% au niveau régional et communautaire). Près de 42,4% de femmes sont présentes au Parlement fédéral alors qu’elles ne sont que 23% au gouvernement fédéral. Au niveau communal, elles sont environ 38% à avoir été élues en Flandre et en Wallonie et 48.8% à Bruxelles en 2018. 35,4 des élus provinciaux sont des femmes en Flandre contre 43% en Wallonie. En 2018 également, au niveau mondial, le nombre de femmes présentes dans les parlements s’approchait de 25%.

200 millions

C’est le nombre de jeunes filles ou de femmes, en vie, qui sont victimes de mutilations génitales selon l’Organisation mondiale de la santé. Celles-ci sont pratiquées dans 30 pays d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Asie. Comme le rappelle Amnesty, en Somalie, Djibouti, Soudan, Erythrée, Guinée, Sierra Leone et au Mali, plus de 85% des filles entre 15 et 19 ans en sont victimes. Selon une étude réalisée par le SPF Santé Publique en 2016, plus de 17.000 femmes, et filles, probablement excisées vivent en Belgique et plus de 8.000 risquent de l’être.

ISSOUF SANOGO / AFP

29%

Moins de 30% des cadres dirigeants mondiaux sont des femmes. Seules 15% des entreprises dans le monde ont une femme CEO, selon le dernier rapport «Women in Business» de la société d’audit et fiscalité Grant Thornton. Seuls 31% de femmes composent actuellement le conseil d’administration de 24 entreprises de Belgique cotées en Bourse. C’est encore moins que la moyenne européenne de 32%, selon une étude menée par l’agence de conseil gestion Korn Ferry. Enfin, dans l’Union européenne, seuls 36% des 9,4 millions de postes d’encadrement étaient assurés en 2017 par une femme, a révélé hier Eurostat, l’office de statistiques européen.

BELGA / JASPER JACOBS

13 millions

(soit 31%): c’est le nombre de femmes ayant déjà subi des violences physiques, de la part d’un partenaire ou non partenaire, depuis l’âge de 15 ans au sein des 28 États membres de l’UE. Selon un rapport de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne de 2014, cela concerne 6% des femmes en Belgique. Une récente enquête de l’OSCE décompte sept femmes sur dix victimes de violences, soit 16 millions de femmes, en Europe de l’Est et du sud-est.

24.9%

Cela représente le pourcentage de femmes qui ont déjà subi des relations sexuelles forcées par leur conjoint en Belgique. 13% des femmes se sont fait violer et/ou se font encore actuellement violer (autre que par leur partenaire ou leur conjoint). 7% ont été victimes de relations sexuelles imposées par leur supérieur hiérarchique sur le lieu de travail, selon Amnesty.

Zakaria ABDELKAFI / AFP

6

C’est le nombre de féminicides (de femmes tuées parce qu’elles sont des femmes) décomptés par Stop Feminicide depuis début 2019 en Belgique. Elle était au moins 35 l’an passé.

200

Cela représente le nombre d’années qu’il faudra pour atteindre l’égalité dans le temps passé à du travail de soins non-payé entre les femmes et les hommes. Selon l’Organisation internationale du travail (OIT), «ces 20 dernières années, le temps consacré par des femmes à des soins non rémunérés et à du travail domestique n’a guère diminué tandis que celui des hommes a seulement augmenté de huit minutes par jour.» Un facteur qui bloque toujours l’égalité dans le taux de l’emploi puisqu’en 2018 celui des hommes était toujours plus élevé de 26 pp que celui des femmes.

Ph. Unsplash

Laura Sengler