Le mystère des icebergs verts observés en Antarctique enfin résolu

220
Ph. AGU/Journal of Geophysical Research

Des scientifiques ont résolu le mystère des icebergs verts observables uniquement en Antarctique, rapporte le Daily Mail. Ce phénomène rare est causé par des oxydes de fer provenant de roches sur le continent gelé.

Depuis le début des années 1900, des marins et des explorateurs ont rapporté avoir vu d’étranges icebergs verts dans certaines parties de l’Antarctique. Les scientifiques ont longtemps cherché la cause de cette étrange couleur. Ils ont enfin trouvé la réponse !

Une nouvelle étude suggère que cette teinte verte est le résultat des oxydes de fer contenus dans la poussière de roche de l’Antarctique. En progressant lentement sur le continent, la glace de l’Antarctique agit en effet comme un « rabot » sur le sol rocheux ; produisant ainsi une fine poudre minérale – la « farine de roche » – très riche notamment en oxydes de fer.

Ph. AGU

Les chercheurs ont collecté des données lors d’un voyage en 2016 sur la Barrière d’Amery dans l’est de l’Antarctique. Ils ont publié les résultats de leur étude « Green Icebergs Revisited » dans le Journal for Geophysical Research en janvier dernier.

« De fortes concentrations de fer »

Les scientifiques ont découvert de grandes quantités de fer dans la glace polaire et ont émis l’hypothèse que les «composants étrangers» dans l’eau de mer, en particulier l’oxyde de fer, peuvent changer de couleur. « Auparavant, il avait été proposé que le carbone organique dissous (COD) soit responsable de la couleur verte », expliquent les auteurs de l’étude Stephen Warren, Collin Roesler, Richard Brandt et Mark Curran. « Les mesures ultérieures des faibles valeurs de COD dans les icebergs verts, ainsi que la découverte récente de fortes concentrations de fer dans la glace marine de la Barrière d’Amery, suggèrent que la couleur des icebergs verts est davantage causée par les oxydes de fer que par le DOC. »

Ph. AWI

Les icebergs qui se forment à partir de la glace d’un glacier qui se sépare de la calotte glaciaire antarctique peuvent inclure de l’eau de mer gelée collectée à la base des glaciers. Cette eau de mer gelée, connue sous le nom de glace marine, peut contenir des particules organiques et inorganiques qui peuvent ajouter des nuances de vert à la glace qui prend normalement des teintes de bleu ou de blanc. La glace verte au bas des icebergs devient visible lorsque les icebergs « chavirent » occasionnellement.

Dans son rapport, le glaciologue Stephen Warren, l’auteur principal de l’étude, indique qu’une océanographe qui a testé une carotte de glace de la Barrière d’Amery a découvert que la glace marine au fond de la carotte contenait près de 500 fois plus de fer que la glace située au-dessus.

Préserver la vie marine

Et ce phénomène n’est pas seulement remarquable en raison de sa beauté ! Le fer transporté par ces glaciers pourrait aider à nourrir les organismes qui s’enfoncent plus profondément dans l’océan. «C’est comme prendre un colis au bureau de poste», explique Warren. « L’iceberg peut acheminer ce fer dans l’océan au loin, puis le faire fondre et le transmettre au phytoplancton qui peut l’utiliser comme nutriment. »

« Nous avons toujours pensé que les icebergs verts n’étaient qu’une curiosité exotique, mais maintenant, nous pensons qu’ils pourraient être importants », ajoute le glaciologue. Les auteurs de l’étude ont indiqué qu’ils souhaitaient collecter davantage d’échantillons d’icebergs verts pour étudier leur teneur en fer.