Test : Trials Rising – Trials au sommet de son art (PS4, Xbox One, PC, Switch)

76

Cette année, Trials HD fêtera ses dix ans. Pour célébrer ça, Ubisoft dégaine Trials Rising, une sorte d’hommage ultime qui regroupe le meilleur de cette saga atypique.

Depuis son lancement en 2000 et son envol en 2009 avec Trials HD, la saga Trials a souvent été imitée mais jamais égalée. Pour ceux qui auraient loupé un épisode, voici un rapide rappel du principe de base. Au guidon d’une moto trial (vous savez cette discipline où des gars sur des motos sans selle franchissent des obstacles), vous ne devez pas vous soucier de tourner à gauche ou à droite. En effet, c’est un jeu à défilement horizontal. Trials se joue donc uniquement avec la gâchette de gauche pour freiner, la gâchette de droite pour accéder et le stick analogique pour se pencher. Ça vous parait simple ? Ne vous fiez pas aux apparences, ça ne l’est pas du tout !

Un « Die & Retry » à deux roues

En effet, derrière ce concept ultra-simple, la saga est un véritable jeu du genre « Die and Retry ». Un petit front flip mal maîtrisé et votre pilote finira avec le coup brisé. Tu meurs et tu recommences. D’ailleurs, il y a deux autres touches indispensables dans le jeu : l’une permet de recommencer au dernier point de contrôle après une chute, l’autre permet de directement recommencer la course au début pour tenter de faire un sans-faute. Car l’objectif reste de boucler une épreuve dans le minimum de temps (la durée moyenne est d’environ 1 minute) pour décrocher au pire une médaille de bronze, au mieux la médaille d’or, voire le platine ou le diamant. Pour cela, il faut donc éviter les chutes, essayer et recommencer.

Un tour du monde varié

Revenons à ce nouvel épisode baptisé Trials Rising et disponible sur PC, Xbox One, PS4 et même pour la première fois sur Nintendo Switch. Le principe reste fidèle à la saga et est toujours aussi addictif et efficace. Le jeu se distingue de ses prédécesseurs par ses graphismes léchés et détaillés. C’est fluide et joli. À noter tout de même, quelques embêtantes saccades qui viennent parfois perturber la course. Les courses se déroulent dans environnements toujours plus variés et dynamiques avec des loopings, des jumps, des pièges, des décors qui prennent vie, des explosions et des effets pyrotechniques dans tous les sens. Ajoutez à cela une bande-son solide qui alterne les morceaux punk rock et hard rock et vous obtiendrez un jeu fun et explosif.

Dans cette aventure, on se retrouve ainsi propulsé aux quatre coins du monde sur des épreuves toujours plus déjantées sur un train, un avion, dans un parc d’attractions ou à travers un studio de tournage hollywoodien. Pour débloquer la centaine de circuits disponibles, il faut prendre part au mode carrière. Plutôt simple au début, les choses se compliqueront grandement au fil des heures.

Sur chaque continent, il y a les Stadium Finals qui comme le nom l’indique sont des finales dans des stades. Ces épreuves sont des duels contre plusieurs adversaires alignés à vos côtés. Pour faire une petite pause récréative (s’il en fallait une !) entre les courses, Trials Rising propose le Skill Game Festival, dix jeux d’adresse qui se débloquent au fil des niveaux. À la manière de FlatOut, on se retrouve à devoir projeter son pilote le plus loin possible en le faisant atterrir sur des bidons explosifs ou encore à jouer à Trials Basket dont on vous laisse imaginer le concept.

Du Trials même en tandem

Toujours au rayon des nouveautés, pour maîtriser à la perfection Trials Rising, les joueurs peuvent désormais compter sur l’University of Trials et ses dix exercices permettant d’apprendre progressivement tous les subtilités du jeu, du dosage de l’accélération, à la rotation aérienne en passant les transitions ou encore les atterrissages en montée.

Bien sûr, Trials Rising est toujours orienté vers le multijoueur avec là encore quelques nouveautés bien sympas. Tout d’abord, cet opus est cross-plateform. Les joueurs PC, PS4, Xbox One et Switch peuvent ainsi partager leurs temps, leurs fantômes mais aussi leurs créations réalisées avec l’éditeur du circuit. Peu importe la plateforme sur laquelle on joue, on a ainsi accès au meilleur de Trials Rising et c’est vraiment appréciable. Mais la nouveauté la plus surprenante reste sans doute l’arrivée du Tandem, une moto à deux places pour jouer à deux. À deux sur la même bécane, chaque jouer peut contrôler soit l’accélération, soit la rotation, dans un joyeux bordel. Le jeu est également jouable jusqu’à quatre sur la même console en local et jusqu’à huit lors de parties en ligne.

Toujours plus de personnalisation

Enfin, que serait Trials sans la customisation ? Chaque montée de niveau débloque une « loot-box » qui offre au hasard des stickers, des pièces esthétiques pour personnalisation sa moto, des casques ou des accessoires pour le pilote ou encore des emotes, ces danses de victoire pour charrier ses adversaires.

Là encore, ces éléments sont toujours plus déjantés les uns que les autres. On peut ainsi rouler avec une moto aux roues cloutées et multicolores avec un pilote déguisé en catcheur. Vendu pour la modique somme de 25 €, le modèle économique de Trials Rising repose sur ses « gadgets » esthétiques. Pour avoir des éléments uniques comme un costume de yéti, il faut ainsi passer par la caisse et payer. Heureusement, c’est purement esthétique et rien n’est indispensable pour profiter pour profiter pleinement du jeu.

En conclusion

Fun et addictif, aussi bien en solo qu’à plusieurs en local ou en ligne, Trials Rising est l’aboutissement de la saga Trials. On y retrouve tous les éléments qui ont fait le succès des précédents épisodes mais aussi pas mal de nouveautés sympas et bienvenues. Vendu à partir 25 €, il convaincra sans mal tous les fans de la saga Trials et permettra aux autres de découvrir un jeu étonnant, original et complètement déjanté.

Découvrez le trailer de lancement :

REVIEW OVERVIEW
Trials Rising (PS4, Xbox One, Switch, PC)