Quand des Pokémon s’invitent dans des classiques de la littérature

Les célèbres Pokémon sont-ils vraiment inconciliables avec des œuvres littéraires classiques de Jules Verne, Zola ou Rabelais ? Pas pour PoPésie !

Cette semaine, Nintendo a présenté le prochain épisode de la saga Pokémon. Pokémon Épée & Pokémon Bouclier arriveront dès la fin de cette année sur Switch. Les joueurs pourront capturer et apprivoiser des créatures inédites et jamais vues jusqu’à présent dans la saga. Sur les réseaux sociaux, PoPésie, un compte étonnant qui mélange belles lettres et pop culture ainsi que jeux vidéo et poésie, a décidé d’offrir aux internautes « un peu de lecture classique en attendant les prochains Pokémon ».

Posted by PoPésie on Wednesday, February 27, 2019

« Le Mystherbe de la chambre jaune »

L’homme derrière ce compte est un professeur de français au collège. Il a combiné sa culture littéraire et sa culture geek pour revisiter 24 couvertures de la collection « Livre de poche » rebaptisée pour l’occasion « Poke de poche ». Dans ces œuvres fictives, des noms de Pokémon bien connus s’invitent dans des classiques de la littérature française. On retrouve ainsi « Le Fantominus de l’opéra » et « Le Mystherbe de la chambre jaune » de Gaston Leroux, « Les Chétiflor du Mal » de Baudelaire, « J’irai cracher sur vos Spiritomb » de Boris Vian ou encore « Le Léviator » de Thomas Hobbes.

Posted by PoPésie on Wednesday, February 27, 2019

Intéresser un public à ces romans

« Je suis très axé sur la vulgarisation et l’actualisation, pour permettre aux œuvres de trouver un nouvel intérêt auprès des gens, pour les rendre plus modernes. Ça permet d’en parler et d’intéresser un public à ces romans, tout en faisant des blagues et des détournements », a expliqué au Huff Post le créateur de ces œuvres fictives.

Posted by PoPésie on Wednesday, February 27, 2019

Posted by PoPésie on Wednesday, February 27, 2019