Le génie de van Orley pour inaugurer l’année Bruegel à Bozar

227
Bernard van Orley, The Virgin of Louvain, c. 1519 - Photo Museo Nacional del Prado, Madrid

L’exposition sur l’un des précurseurs de Pieter Bruegel, Bernard van Orley marque le lancement de l’année Bruegel à Bozar. Le centre d’arts bruxellois rassemble, pour la première fois, jusqu’au 26 mai, une centaine d’oeuvres du maître bruxellois.

Spécialement pour l’occasion, le passage souterrain reliant le Palais des Beaux-Arts et le Palais du Coudenberg sera ouvert au public à quelques moments clés.

Bernard van Orley a été l’un des principaux précurseurs de la Renaissance flamande. Il s’appuie sur la tradition des primitifs flamandes tout en ajoutant de nouveaux éléments pour créer son propre langage visuel.

« C’est peut-être bien l’exposition que nous avons attendu avec le plus d’impatience. Peu d’expositions ont autant leur place sur ces hauteurs de Bruxelles, car il ya 500 ans van Orley se promenait encore ici et était un enfant du palais du Coudenberg », a expliqué le directeur de Bozar Paul Dujardin.

van Orley était peintre à la cour de Marguerite d’Autriche et de Marie de Hongrie, il était surchargé de commandes et fut, à un très jeune âge, à la tête de l’un des plus grands ateliers de son époque. Il peignait des tableaux religieux, mais concevait aussi des tapisseries et des vitraux. Il était également attaché à la cour de Charles Quint au Coudenberg.

Le parcours de l’exposition met en évidence les différentes étapes de la carrière de van Orley et offre un aperçu des sujets et techniques utilisés.

Le guide « Itinéraire d’un peintre bruxellois de la Renaissance » propose encore de découvrir la capitale à travers les traces laissées par Bernard van Orley, les vitraux de la cathédrale des Saints Michel et Gudule notamment.

A l’occasion de l’année Bruegel, l’exposition « L’estampe au temps de Bruegel » aura également lieu du 27 février au 23 juin à Bozar, en collaboration avec la Bibliothèque royale de Belgique.