Nicky Larson : Philippe Lacheau ne craint personne

131

Philippe Lacheau fascine autant qu’il agace ! Après trois comédies au succès commercial mais certainement pas critique (‘Babysitter 1&2’, ‘Alibi.com’), il s’attaque au dessin animé qui a bercé l’enfance des tous les trentenaires : Nicky Larson. Coup de bol, le film est plutôt réussi !

Pourquoi avoir choisi de vous attaquer à ce monstre sacré de la télévision ?

Philippe Lacheau : « Moi aussi j’ai connu Nicky Larson quand j’étais petit, et je me suis dit que ce serait super de l’adapter au cinéma. Déjà pour toute ma génération qui, comme moi, connaît le personnage, mais aussi pour le faire découvrir à ceux qui ne savent pas qui c’est. Il est tellement drôle, avec son petit côté James Bond. »

Vous saviez dès le début que vous alliez jouer Nicky ?

« Ah oui, sinon je l’aurais pas fait (rires) ! C’est un peu égoïste mais ce que j’aime, c’est écrire et jouer. Ça m’aurait beaucoup moins amusé de me contenter de la mise en scène. »

Pamela Anderson joue dans le film. Pourquoi elle ?

« Il y avait ce rôle de star américaine, et on s’est vite dit que ce serait juste dingue d’avoir Pamela. Déjà, c’est une icône des années ’90, tout comme Nicky. On savait qu’elle vivait en France, on lui a présenté l’idée… et elle a dit oui. Les gens vont être surpris de la voir comme ça. Elle fait preuve d’une auto-dérision folle, elle se lâche complètement. C’est elle qui a voulu dire « wesh cousin » à Julien (Arruti, NDLR) dans sa scène avec lui. C’était improvisé. On l’a évidemment gardé. »

On sent que vous avez beaucoup regardé le Club Dorothée quand vous étiez petit…

« Oh oui (rires). Il y avait tellement de bons dessins animés quand on y pense. Mes préférés c’était ‘Nicky Larson’, ‘Dragon Ball’… puis ‘Dragon Ball Z’ obligé, et ‘Les Chevaliers du Zodiaque’. Et ‘Olive et Tom’ aussi. »

Et votre chanson de générique préférée ?

« Waw tu m’en colles une… Allez, ‘Inspecteur Gadget’. « Eh la qui voilà… » »

Il fait d’ailleurs une apparition dans un gag. Tout comme la vraie Dorothée. C’était facile de l’embarquer dans l’aventure ?

« On voulait trop lui proposer de faire une vanne sur ses chaussette rouges et jaunes à petits pois ! On n’était pas sûrs qu’elle accepte parce qu’elle se fait très rare. Mais elle a dit oui directement ! La voir arriver comme ça pour notre film, ça nous a rendus très heureux, très flattés, et très fiers. »

Est-ce que vous avez déjà une suite en tête ?

« On se le souhaite ! On a pris tellement de plaisir à faire ce film. Si le public nous suit, on en fera une avec joie. »

Et pourquoi pas une adaptation d’une série comme ‘Hélène et les Garçons’ ou ‘Premiers Baisers’ ?

« Euh… ben on ne sait jamais (rires) ! En tout cas, tous les mecs de ma génération regardaient ‘Hélène et les Garçons’. Ils faisaient genre : ‘Ouais, moi j’regarde pas cette daube’, mais on sait tous que, même nous les gars, on suivait les histoires de Cricri d’amour et Joanna. Ça a marqué toute notre jeunesse, et c’est incroyable parce que ça passe encore aujourd’hui à la télé. Je crois que ça s’appelle ‘Les Mystères de l’Amour’. Il y a les mêmes acteurs et tout ! Ça montre un vrai attachement. »

Stanislas Ide

En quelques lignes
Franchement, on craignait le pire… Quand le roi de la comédie potache made in France s’attaque au personnage le plus misogyne du Club Dorothée, il y a de quoi ! Bienvenue dans l’univers déjanté et lubrique du détective privé Nicky Larson (Philippe Lacheau) et de son associée Laura (Elodie Fontan). Ils sont à la recherche d’un parfum rendant les gens irrésistibles, mais rien ne se passe comme prévu et les méchants se multiplient. L’histoire est fine comme du papier mais ce qui compte ici, c’est surtout les vannes et l’humour de situation. Comme dans le dessin animé, Laura corrige Nicky l’obsédé à grands coups de marteau. Lacheau parvient à garder l’aspect cartoonesque des gags (il y a un bazooka rempli de poussins à un moment, vous êtes prévenus) et pousse même le bouchon plus loin avec Pamela Anderson en pleine auto-parodie. Mieux, il enchaîne les clins d’œil aux séries des années ’90, de ‘Salut les musclés’ à ‘Ranma ½’ en passant par ‘Hélène et les Garçons’. Alors oui, c’est vraiment lourd, mais dans le genre lourd… c’est plutôt réussi. (si)
3/5