«The Umbrella Academy» : une famille de super-héros

Ph. Netflix

De nouveaux super-héros débarquent ce vendredi sur Netflix ! Adaptée des comics du même nom, «The Umbrella Academy» est une série visuellement attirante, avec un bon casting mais qui ne parvient pas franchement à se démarquer.

Le pitch

En 1989, 43 enfants naissent le même jour de femmes qui n’étaient pourtant pas enceintes. Sept d’entre eux sont adoptés par Sir Reginald Hargreeves, un industriel milliardaire qui va créer l’Umbrella Academy pour les préparer à sauver le monde. Car ces enfants possèdent un don extraordinaire! Mais la «famille» va se désagréger et se disperser suite à la disparition de l’un de ses membres.

Désormais trentenaires, les six super-héros toujours en vie vont se retrouver après la mort de leur «père». Malgré leurs différences, ils devront faire preuve d’unité pour faire face à la menace qui les attend.

Notre avis

Si vous faites partie de ceux qui adorent les X-Men, «The Umbrella Academy» devrait, a priori, vous attirer. Adaptée des comics éponymes créés par Gerard Way et Gabriel Bá, la série met également en scène des super-héros vivant sous le même toi. Le casting est aussi plutôt réussi, avec une belle galerie de personnages. Aux côtés d’Ellen Page, révélée par le film «Juno», on retrouve Tom Hopper («Black Sails»), Robert Sheehan («Misfits») ou encore… la chanteuse Mary J. Blige!

Si la série se laisse regarder grâce à une esthétique (et une bande-son) travaillée, elle déçoit quelque peu par son scénario plutôt convenu: des super-héros qui doivent sauver le monde, on a déjà vu ça mille fois ! Et même si «The Umbrella Academy» traite davantage de famille dysfonctionnelle que de super-héros, on ne parvient pas à se mêler véritablement à ses membres. Dommage car tous les ingrédients étaient présents pour donner un vent de fraîcheur au genre.